Horacio Arruda, François Legault et Danielle McCann
Horacio Arruda, François Legault et Danielle McCann

COVID-19: la vague approche

Le Québec a atteint la cinquantaine de personnes infectées par le coronavirus. Mais avec 3073 tests toujours en attente d’un résultat, on s’attend à voir la courbe de contagion s’accentuer de façon marquée dans les prochains jours.

La capacité de dépistage au Québec passera de 1600 à 6000 tests par jour, avec sept nouveaux centres d’analyse pour accélérer les délais. Un se trouve au CHUL de Québec, cinq à Montréal et un à Sherbrooke.

C’est ce qu’a annoncé lundi la ministre de la Santé, Danielle McCann, lors de la conférence de presse quotidienne du gouvernement québécois sur la pandémie de COVID-19. Elle était aux côtés du premier ministre, François Legault, et du directeur de la Santé publique du Québec, Horacio Arruda.

Le premier ministre s’est dit «satisfait» de l’annonce de son homologue fédéral Justin Trudeau de fermer les frontières aux voyageurs étrangers, sauf les Américains. Même si l’un des cas avérés est lié à une personne ayant voyagé aux États-Unis récemment.

Avec quatre aéroports toujours ouverts aux vols internationaux à travers le Canada, M. Legault a ajouté qu’à l’aéroport de Montréal, du personnel supplémentaire est en place pour «inciter» les arrivants à se mettre en isolement durant 14 jours.

Car le mot d’ordre reste le même : «J’ai-tu voyagé? J’ai-tu été en contact avec quelqu’un qui revient de voyage? Est-ce que je commence à développer des symptômes? Je reste chez nous!» résume le Dr Arruda, répétant qu’il n’y a pas encore de transmission locale au Québec.

«Qu’il y ait 50 personnes ou 100, peu importe, évitez tous les rassemblements qui ne sont pas nécessaires. Il faut tout faire pour éviter la croissance de la contagion», insiste M. Legault.

«Chaque geste compte pour tout faire pour éviter que notre réseau de la santé soit débordé dans les prochaines semaines. Actuellement, les gestes qui sont posés vont nous permettre de sauver des vies de Québécois et de Québécoises.»

Pas de couvre-feu

Pas question par contre d’imposer un couvre-feu. Comme dans l’État du New Jersey, qui interdit à ses 9 millions de citoyens de sortir entre 20h et 5h, sauf si nécessaire.

«Ce qui est important, c’est que les personnes ne soient pas en contact trop près avec d’autres personnes. Donc, qu’ils rentrent à 19h ou à 22h le soir, je ne pense pas que c’est quelque chose de prioritaire», affirme M. Legault.

«C’est sûr que si tout le monde sort beaucoup dans la journée, puis qu’il y a un couvre-feu de soir, la contamination va avoir été faite de jour. Je pense que c’est mieux la distanciation sociale, le télétravail et éviter les affaires essentielles, parce que ça dure 24 heures sur 24», appuie M. Arruda, disant que la question n’est pas sur la table.

Ce n’est toutefois pas une raison pour laisser les adolescents en vacances tenir des partys de sous-sol pour combler les deux semaines sans école.

«Peut-être qu’il faudrait mettre du savon, puis du Purell à côté de la bière pour vos adolescents. Mais, encore là, une certaine distance. Puis, je ne recommande pas ce que j’appellerais l’échange des produits biologiques, actuellement...» a laissé tomber le Dr Arruda, déclenchant de rares rires lors de ces mises au point quotidiennes.

Après avoir adopté les crédits nécessaires jusqu’à l’été, mardi, l’Assemblée nationale ajournera ses travaux pour cinq semaines. Comme l’avait fait la Chambre des communes d’Ottawa, la semaine dernière. Le parlement de Québec est fermé aux visiteurs depuis jeudi dernier.

+

EN ISOLEMENT POUR 573 $ PAR SEMAINE

«Je ne veux que personne aille travailler avec des symptômes parce qu’il a peur de manquer d’argent.»

Le premier ministre du Québec a annoncé lundi la mise sur pied du Programme d’aide temporaire aux travailleurs (PATT) pour indemniser les gens forcés à l’isolement à cause du coronavirus et qui ne bénéficient d’aucun autre programme, comme l’assurance emploi fédérale.

Une personne obligée d’être isolée recevra un montant non imposable de 573 $ par semaine, soit le maximum de l’assurance emploi, pour deux à quatre semaines.

«Si jamais on se rendait au 31 décembre, cette année, et qu’on se fie à une hypothèse de 10 % des travailleurs qui pourraient être affectés, ça représenterait un montant de 150 millions $ et ça couvrirait jusqu’à 65 000 travailleurs», a expliqué le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Les travailleurs visés devront remplir un formulaire disponible à compter de jeudi sur le site quebec.ca/coronavirus et répondre à des questions précises sur leurs raisons d’isolement. Le ministre Boulet et le premier ministre Legault conviennent se fier à la bonne foi des Québécois.

Un délai de 48 heures sera à prévoir avant de recevoir l’argent par dépôt bancaire ou par carte prépayée.

Un programme pour compenser les entreprises est à venir.