Le premier ministre ontarien Doug Ford, accompagné de quelques ministres.
Le premier ministre ontarien Doug Ford, accompagné de quelques ministres.

COVID-19 en Ontario: des projections de 1600 décès d’ici la fin avril

TORONTO — Le premier ministre de l’Ontario Doug Ford l’avait prédit: les modèles de prévisions de la progression de la COVID-19 dans la province sont difficiles à entendre. Avec les mesures de confinement actuellement imposées par le gouvernement, l’Ontario prévoit 1600 décès d’ici la fin du mois d’avril. 

Vendredi, les experts de la santé publique ont dévoilé trois scénarios prévus quant à la propagation du virus en Ontario: si aucune mesure de confinement n’avait été imposée, si les mesures de confinement demeurent les mêmes, et si des mesures de confinement plus strictes sont imposées. 

Ces experts ont indiqué que si les mesures de confinement demeurent inchangées, jusqu’à 80 000 personnes pourraient contracter le virus avant le mois de mai. 

Si la province n’était pas intervenue, plus de 300 000 personnes auraient été atteintes de la COVID-19 d’ici la fin du mois, et 6000 personnes auraient perdu la vie durant la même période. 

Or, si le gouvernement ontarien intensifie ses mesures de confinement, le nombre de personnes infectées au cours du mois courant serait plutôt de 12 500 et le nombre de décès serait de 200. 

D’ici la fin de la pandémie, qui pourrait durer entre 18 mois et deux ans, si les mesures de confinement mises en place actuellement restent les mêmes, entre 3000 et 15 000 personnes ne survivront pas au virus, juge le président et chef de la direction de Santé publique Ontario, le Dr Peter Donnelly.

«D’ici la fin de la pandémie, si on n’avait rien fait, nous aurions eu 100 000 morts», a-t-il souligné en point de presse, vendredi. 

Le président et chef de la direction de Santé publique Ontario, le Dr Peter Donnelly.

Rappelons que ces modèles sont réévalués en temps réel, et peuvent changer en fonction des actions prises par la population. 

Le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, a déclaré jeudi que les modèles devraient être examinés dans le contexte approprié, c’est-à-dire qu’ils fournissent des informations importantes qui permettent de mieux se préparer et démontrent l’efficacité des interventions mises en place.

L’Ontario est la première province à dévoiler ce type de prévisions au pays. 

Quel est le prix d’une vie?

Le premier ministre ontarien Doug Ford a commenté les modèles présentés par les experts, vendredi après-midi. Il a notamment affirmé que les mesures prises dans la province jusqu’à présent fonctionnent, mais qu’il faut continuer à respecter les recommandations des autorités de la santé.

Pour assurer le meilleur scénario possible, il a annoncé la fermeture de tous les chantiers de construction «non essentiels», dès samedi.

Les nouveaux projets résidentiels ne pourront plus aller
de l’avant.


« D’ici la fin de la pandémie, si on n’avait rien fait, nous aurions eu 100 000 morts. »
Dr Peter Donnelly

Seuls les projets d’infrastructure comme les nouveaux hôpitaux, les routes et les ponts ainsi que les projets résidentiels presque terminés pourront demeurer opérationnels. Les chantiers qui resteront ouverts seront sujets à des inspections rigoureuses, a aussi prévenu le premier ministre. 

M. Ford a souligné qu’il est toujours possible de changer les modèles, et que 50 personnes mourront chaque jour d’ici la fin du mois si les citoyens ne prennent pas les mesures de confinement plus au sérieux.

Une fois de plus, il a supplié la population de rester à la maison et de ne sortir que si nécessaire.

«Quel est le prix d’une vie?, a-t-il demandé. Est-ce qu’une vie vaut un pique-nique au parc? Est-ce qu’une vie vaut une visite à la plage? Est-ce qu’une vie vaut quelques verres avec son ami au sous-sol? La réponse est non.»

Progression des cas en Ontario

Vendredi, l’Ontario recensait 462 nouveaux cas de COVID-19, portant le total du nombre de cas
à 3255. 

Parmi ce total, plus de 1000 personnes sont considérées comme guéries.

Selon les données de la santé publique, 67 personnes sont décédées. Parmi les 462 personnes qui sont hospitalisées, 194 sont aux soins intensifs, dont 140 ont été placées sous ventilation.