L’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS) en Outaouais réclame pour ses membres la prime de risque de la COVID-19 en raison de la dangerosité de la situation.
L’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS) en Outaouais réclame pour ses membres la prime de risque de la COVID-19 en raison de la dangerosité de la situation.

COVID-19: des travailleurs en santé réclament la prime de risque de 8 %

L’Alliance du personnel professionnel et technique du réseau de la santé et des services sociaux (APTS) en Outaouais réclame pour ses membres la prime de risque de la COVID-19 en raison de la dangerosité de la situation.

Le gouvernement du Québec accorde une prime de risque de 8 % pour le personnel de première ligne en milieu hospitalier et dans les CHSLD, notamment. Une prime de 4 % est remise aux autres membres du secteur de la santé.

«Les 2200 membres de l’APTS au CISSS (Centre intégré de santé et des services sociaux) de l’Outaouais rentrent au travail la peur au ventre et ramènent cette peur à la maison, craignant de transmettre le virus à leur famille», a plaidé la représentante nationale de l’APTS du CISSS de l’Outaouais, Christine Prégent.

L’APTS représente les intérêts du personnel en laboratoire, en imagerie médicale, en radio-oncologie, en nutrition, dans les centres jeunesse et dans les centres de réadaptation, entre autres.

L’APTS a lancé une pétition en ligne sur le site change.org pour réclamer de la ministre de la Santé, Danielle McCann, d’appliquer la prime de risque à tout le personnel du réseau, et de s’assurer que les mesures pour assurer leur sécurité et leur protection soient accessibles.

L’APTS accuse le gouvernement et les dirigeants des établissements de santé de «manquer de reconnaissance» envers le travail du personnel professionnel et technique et des risques qu’il court chaque jour durant la présente crise, leur rappelant que la transmission du virus est maintenant communautaire, notamment par le biais de personnes asymptomatiques.