Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Santé publique surveillera, au cours des prochaines semaines, si le passage en zone jaune aura des effets sur l’évolution de la situation de la COVID-19 dans la région.
La Santé publique surveillera, au cours des prochaines semaines, si le passage en zone jaune aura des effets sur l’évolution de la situation de la COVID-19 dans la région.

COVID-19: des indicateurs très encourageants dans la région

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le portrait épidémiologique de la Mauricie et du Centre-du-Québec continue de s’améliorer de façon significative. C’est ce que l’on peut constater à la lecture du bilan hebdomadaire rendu public par le CIUSSS MCQ, mercredi.

Les excellents bilans des derniers jours ont permis de réduire la moyenne de nouveaux cas quotidiens de 11 à 7 au cours de la dernière semaine.

Le nombre d’éclosions a également chuté de moitié au cours de la dernière semaine, passant de 24 à 12 dans la région. La baisse est notable dans les milieux de travail, où elles sont passées de 17 à 8.

Les hospitalisations se maintiennent également à un faible niveau depuis quelques jours. Le dernier bilan du CIUSSS MCQ indiquait qu’il y avait quatre personnes prises en charge à l’unité COVID du CHAUR de Trois-Rivières, dont trois aux soins intensifs.

Ce sont des indicateurs qui se situent en plein dans l’objectif pour passer au palier d’alerte vert. Toutefois, la Santé publique surveillera, au cours des prochaines semaines, si le passage en zone jaune aura des effets sur l’évolution de la situation de la COVID-19 dans la région avant d’envisager un passage au palier de vigilance (vert).

«Bien que les indicateurs surveillés soient très encourageants, il est bon de se rappeler que le virus est toujours en circulation. Ainsi, il est important que les gens continuent d’appliquer les mesures préventives de base même si, depuis quelques jours, nous pouvons profiter d’un allègement des mesures avec le passage au palier jaune», a déclaré la directrice régionale de la Santé publique, la Dre Marie-Josée Godi, par voie de communiqué.

Encore une fois, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 a été très faible, mercredi, dans la région. Il y en a effectivement seulement quatre qui se sont ajoutés au bilan, soit un seul en Mauricie et trois au Centre-du-Québec.

Avec six nouvelles guérisons, le nombre de cas actifs est une fois de plus en baisse. On en comptait 72, mercredi, soit 26 en Mauricie et 46 au Centre-du-Québec. C’est un peu plus d’une trentaine de moins en une semaine, alors qu’on en comptait 96 dans le bilan hebdomadaire du 2 juin.

La majorité des cas actifs sont encore concentrés dans les MRC de Drummond (30) et d’Arthabaska (13), ainsi qu’à Trois-Rivières (12) et dans la MRC de Maskinongé (7). Les autres secteurs en ont moins de cinq et l’agglomération de La Tuque n’en compte aucun.

Le taux de cas actifs par 100 000 habitants de la Mauricie-Centre-du-Québec (13,2) est d’ailleurs comparable à celui de l’Abitibi-Témiscamingue (12,9) qui est déjà en zone verte, selon les données mises à jour quotidiennement par l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ).

On note toutefois une hausse d’une dizaine de variants qui ont été confirmés par séquençage par l’INSPQ, par rapport à la veille. On en compte maintenant 105 en Mauricie-Centre-du-Québec, soit 102 provenant du Royaume-Uni et trois qui émergent de l’Inde. Le taux de positivité au criblage a légèrement diminué, si bien que ce sont 75% des cas qui sont maintenant des variants présomptifs au cours des sept derniers jours.

Le nombre de vaccins administrés en Mauricie-Centre-du-Québec est maintenant de 381 457, soit une hausse de 2884 par rapport au dernier bilan. Le taux de couverture de la population vaccinée avec une dose s’élève maintenant à 66,5 % avec un total de 347 745 personnes. Il y a maintenant 33 712 personnes qui ont reçu deux doses, soit 6,4% de la population.

De nouveaux tests rapides à Trois-Rivières

Par ailleurs, de nouveaux appareils ID NOW, permettant des analyses plus rapides de tests COVID-19, ont commencé à être déployés dans les cliniques de dépistages. Ces analyses rapides sont maintenant accessibles à la clinique de dépistage de Trois-Rivières et seront graduellement déployées à Victoriaville, Drummondville et Shawinigan.

Ces tests se font par prélèvements gorge-narine et les résultats de leur analyse peuvent être obtenus à l’intérieur de trois heures. Ils sont uniquement offerts aux personnes présentant des symptômes de la COVID-19. Comme l’analyse est plus rapide, cela accélère l’identification des personnes-contacts et la mise en place des mesures préventives.

Pour débuter, la capacité d’analyse est d’environ 50 prélèvements par jour dans chacune des cliniques de dépistage. Il ne sera pas possible d’effectuer ces tests après 14h30, afin de s’assurer de l’obtention du résultat dans la même journée.

«La baisse de fréquentation des cliniques de dépistage représente le moment idéal pour former le personnel et vérifier la performance des nouveaux appareils permettant l’analyse rapide des prélèvements», précise le Service des communications du CIUSSS MCQ.

Rappelons qu’il est toujours possible de faire un test de dépistage par gargarisme ou encore le test nasopharyngé. Le délai moyen de divulgation des tests réguliers est actuellement de 13 heures.

Par ailleurs, comme la demande est en baisse et que le portrait épidémiologique s’améliore dans la MRC de l’Érable, le CIUSSS MCQ procédera, vendredi, à la fermeture de la clinique de dépistage temporaire de Plessisville après un peu plus d’un mois d’activité.