Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La situation est très encourageante en Mauricie et au Centre-du-Québec.
La situation est très encourageante en Mauricie et au Centre-du-Québec.

COVID-19: baisse importante du nombre de cas dans la région

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Les bonnes nouvelles continuent en ce qui concerne l’état de la situation de la COVID-19 en Mauricie et au Centre-du-Québec. Après plusieurs jours à rapporter entre 20 et 30 cas, ce sont seulement 11 cas qui ont été confirmés par le CIUSSS dans son bilan de lundi.

Il faut remonter au 21 septembre pour voir un si faible nombre de cas, alors que le Centre-du-Québec s’apprêtait à passer au jaune et que la Mauricie se trouvait toujours en zone verte. «C’est un très bon bilan. On demeure prudent quand même parce que l’on sait qu’une éclosion peut faire virer une situation assez rapidement, mais le portrait est très encourageant», souligne l’agent d’information du CIUSSS MCQ, Guillaume Cliche.

Les 11 nouveaux cas sont principalement répartis dans la MRC de Maskinongé et à Trois-Rivières où l’on rapporte respectivement trois et quatre infections. La ville de Shawinigan et les MRC de Drummond, d’Arthabaska et de Mékinac enregistrent également un nouveau cas. L’agglomération de La Tuque est épargnée après avoir enregistré 18 cas liés à une éclosion majeure survenue dans une résidence privée pour aînés, dimanche.

Les hospitalisations sont également en chute libre. Après avoir diminué de moitié au cours de la dernière semaine, il y a quatre patients de moins dans les unités COVID de Drummondville et de Trois-Rivières. Ce sont 15 patients qui sont actuellement pris en charge dans la région, dont deux aux soins intensifs. Il s’agit d’un taux d’occupation qui se situe sous la barre des 25 %.

Cette tendance à la baisse du nombre d’hospitalisations pourrait permettre de réduire le délestage au cours des prochaines semaines. Il faudra planifier les horaires en fonction des tendances afin de s’assurer de ne pas manquer de personnel dans les unités COVID et au site de confinement de l’ENPQ.

«Ça fait plusieurs jours que ça se poursuit [la tendance à la baisse des hospitalisations]. Ce qui fait que les différents scénarios sont à étudier présentement, mais il n’y a pas de décisions finales qui sont prises, explique Guillaume Cliche. Ça fait quelques semaines que l’on voit les cas descendre et la répercussion sur les hospitalisations se fait toujours sentir quelques jours et quelques semaines après. C’est probablement ce que l’on observe.»

Ce sont 42 personnes qui se sont rétablies de la maladie dans la région, lundi. Le nombre de cas actifs a chuté de 31 pour s’établir à 344, dont 208 en Mauricie et 136 au Centre-du-Québec.

Pour ce qui est des éclosions dans les CHSLD, aucun nouveau cas de COVID-19 n’a été rapporté en fin de semaine par le CIUSSS MCQ, autant chez les résidents que chez les employés. Selon l’état de la situation mis à jour quotidiennement par le ministère, le CHSLD Cooke compte 19 cas actifs pour 9% des résidents. Il y a aussi quatre cas au CHSLD du Roseau (4%) et il en reste trois au CHSLD Frédéric-George-Hériot (1%).

Dans les résidences privées pour aînés (RPA), ce sont 22 cas qui se sont ajoutés en fin de semaine à la résidence Les Bâtisseurs de La Tuque. Toujours à La Tuque, deux résidents de plus ont été déclarés positifs à la résidence Le Renaissance 2000. Il y a aussi un employé de la résidence Val-Mauricie, à Shawinigan, et un résident de la résidence Les Terrasses de la Fonderie, à Drummondville, qui ont contracté la COVID-19.

Ce sont 20 résidents de la résidence Les Bâtisseurs qui ont été transférés au site d’hébergement temporaire de l’École nationale de police du Québec à Nicolet, ce qui a fait grimper le taux d’occupation à 82 %. Sans cette éclosion, ce serait seulement 26 des 56 lits qui seraient occupés (46 %). Quand je dis qu’une seule éclosion peut faire changer les choses rapidement, c’est en un bel exemple», fait valoir l’agent d’information du CIUSSS MCQ. Ça peut changer la pression que nous pouvons avoir au sein des établissements.»