La prime avait été offerte aux employés nord-américains de Couche-Tard qui continuaient de travailler dans ses magasins ainsi que ses centres de distribution alors que le nouveau coronavirus provoquait de nombreuses fermetures.
La prime avait été offerte aux employés nord-américains de Couche-Tard qui continuaient de travailler dans ses magasins ainsi que ses centres de distribution alors que le nouveau coronavirus provoquait de nombreuses fermetures.

Couche-Tard a aussi mis fin aux primes offertes à ses employés

MONTRÉAL — À l'instar de nombreux détaillants, dont les grandes chaînes de supermarchés, Alimentation Couche-Tard a mis fin à la prime horaire de 2,50 $ l'heure offerte à ses employés nord-américains dans la foulée de la pandémie de COVID-19.

Dans le cadre d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du quatrième trimestre terminé le 26 avril, où les profits nets ont presque doublé, la direction de la multinationale québécoise a indiqué que la «prime salariale d'urgence» avait cessé de s'appliquer le 12 juin aux États-Unis et le 22 juin au Canada, sans fournir plus de détails.

Celle-ci avait été offerte aux employés rémunérés à taux horaire de l'exploitant de dépanneurs et de stations-service qui continuaient de travailler dans ses magasins ainsi que ses centres de distribution au Canada ainsi qu'aux États-Unis, alors que le nouveau coronavirus provoquait de nombreuses fermetures.

«L'aspect temporaire de la prime a bien été communiqué à nos employés dès son introduction et nous les avons prévenus à l'avance de la date à laquelle celle-ci prendrait fin, soit le 21 juin», a souligné par courriel une porte-parole de Couche-Tard, Laurence Myre Leroux.

Elle a ajouté qu'une prime spéciale, dont le montant n'a pas été précisé, sera également versée en juillet, afin de «remercier» les employés «pour leur travail exceptionnel durant cette période difficile».

Sur son site web, Couche-Tard affirme compter quelque 109 000 travailleurs au sein de son réseau nord-américain, qui compte notamment 9414 magasins. Cela inclut toutefois des employés de bureau qui n'avaient pas droit à la prime.

Depuis le début du mois, plusieurs détaillants et grandes chaînes d'alimentation, comme Metro, Loblaw et Sobeys avaient annoncé la fin de leur prime spéciale de 2 $ l'heure. Toutefois, Lowe's Canada a pris une décision différente, lundi, en annonçant que cette prime que touchent les travailleurs des magasins Réno-Dépôt et Rona allait continuer d'être versée durant tout le mois de juillet.

Grosses quantités

Au quatrième trimestre, la société établie à Laval a dépassé les attentes des analystes en affichant un bénéfice net de 576,3 millions $US, ou 52 cents US par action, en dépit d'un chiffre d'affaires ayant décliné de 26,1 %, à 9,7 milliards $US, par rapport à la même période l'an dernier.

En raison des mesures de confinement des deux côtés de la frontière, Couche-Tard a vu les consommateurs se tourner vers des formats de plus grande taille lorsque le temps était venu d'acheter de la bière, de l'alcool ainsi que des produits du tabac comme des cigarettes.

«Avec la fermeture des bars et des restaurants, nous avons observé (ce déplacement)», a commenté le président et chef de la direction de l'entreprise, Brian Hannasch, ajoutant que les plus grands formats avaient toujours la cote auprès de la clientèle en dépit de l'assouplissement des mesures de distanciation physique.

L'entreprise a observé une baisse de l'achalandage dans l'ensemble de son réseau en raison des mesures de distanciation sociale mises en place au plus forte de la pandémie de COVID-19, à la mi-mars. Cependant, comme l'ont souligné plusieurs détaillants dont les activités ont été jugées essentielles pendant ces fermetures, les ventes de marchandises ont profité d'un panier moyen plus élevé, ce qui a permis de compenser en partie la baisse du nombre de visiteurs.

«Couche-Tard a affiché de solides résultats dans un environnement d'exploitation difficile, ce qui démontre la résilience de ses activités», a souligné l'analyste Martin Landry de la firme Stifel GMP, dans une note envoyée aux investisseurs.

En excluant les éléments non récurrents, dont un gain avant impôt de 41 millions $US lié à une cession d'actif, le profit ajusté de Couche-Tard s'est établi à 521 millions $US, ou 47 cents US par action, comparativement à 289 millions $US, ou 26 cents US par action, au quatrième trimestre l'an dernier.

Les analystes anticipaient un bénéfice ajusté par action de 43 cents US et des revenus de 9,36 milliards $US, selon la firme de données financières Refinitiv.

Pour l'ensemble de l'exercice 2020, Couche-Tard a engrangé un profit net de 353,6 millions $US, en hausse de 28,3 % par rapport à l'an dernier. Son chiffre d'affaires a cependant reculé de cinq milliards $US, a précisé l'entreprise.