Saguenay (JonquiËre) Salon de toilettage pour animaux Sabrina Lalancette Photo Rocket Lavoie
Saguenay (JonquiËre) Salon de toilettage pour animaux Sabrina Lalancette Photo Rocket Lavoie

Confusion chez les toiletteurs d’animaux

Mélissa Viau
Mélissa Viau
Le Quotidien
Un message erroné, provenant du gouvernement du Québec, a rempli de joie plusieurs toiletteurs du Québec et leurs clients, mercredi matin, alors qu’on leur donnait le feu vert pour reprendre leurs activités, mais la joie a été de courte durée.

Après avoir appris la bonne nouvelle, vers 9h, Valérie Roy annonçait à ses clients impatients de faire toiletter leurs animaux que le gouvernement du Québec lui avait répondu via Messenger qu’elle pouvait reprendre ses activités et ouvrir son salon de toilettage .

« Bonjour ! Les services de toilettage peuvent maintenant ouvrir, partout au Québec, sauf dans la Communauté métropolitaine de Montréal où l’ouverture est prévue à partir du 18 mai. Pour l’instant, il n’y a pas de recommandations spécifiques pour les services de toilettage», répondait le gouvernement du Québec.

La toiletteuse de Saint-Honoré, opérant le commerce Toilettage La Belle et La Bête, avait dû fermer une partie de ses activités le 23 mars dernier. « Heureusement que j’ai pu garder ma boutique ouverte, parce que je vends aussi de la nourriture pour animaux et c’est considéré comme essentiel », souligne Mme Roy.

Comme elle, d’autres toiletteuses avaient reçu ce message mercredi matin et partageaient la bonne nouvelle sur leurs réseaux sociaux. Certaines avaient même commencé à rappeler les clients pour planifier les rendez-vous.

Pendant ce temps, une toiletteuse de Saint-Ambroise, Mélanie Fillion, recevait le mot d’ordre de ne pas ouvrir son salon, car elle risquait une amende salée. Le courriel de Charlie-Laurence Simard, attachée politique dans la circonscription de Dubuc, stipulait que seuls les commerces de détail peuvent ouvrir actuellement en respectant les consignes d’hygiène. « Une entreprise de toilettage ne pourrait pas offrir de services. Toutefois, elle peut vendre des produits et du matériel aux clients », écrivait Mme Simard.

Quelques heures plus tard, alors que les propriétaires de salon de toilettage se relançaient la balle et tentaient d’avoir les vraies réponses, Mme Roy recevait un autre message du gouvernement du Québec. Cette fois, on s’excusait de lui avoir partagé une information erronée. « Les services de toilettage ne sont toujours pas autorisés à ouvrir. À l’heure actuelle, il n’y a pas de date déterminée pour leur réouverture », pouvait-elle lire.

Le lundi 4 mai, les toiletteurs du Québec étaient prêts à reprendre du service, alors que les commerces de vente au détail situés ailleurs que sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal pouvaient reprendre leurs activités. Malheureusement, leur champ d’activité n’était pas visé.