Le directeur du Service de police de Saguenay, Denis Boucher, a tenu à rassurer la population, mardi. Il assure qu’aucun bris de service n’est envisagé.
Le directeur du Service de police de Saguenay, Denis Boucher, a tenu à rassurer la population, mardi. Il assure qu’aucun bris de service n’est envisagé.

Cinq policiers de Saguenay infectés et 30 en isolement

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
Cinq policiers infectés par la COVID-19 et 30 en isolement préventif; le bilan s’alourdit au Service de police de Saguenay (SPS). Mais le directeur, Denis Boucher, a tenu à rassurer la population, mardi après-midi, en organisant un point de presse devant le quartier général. Il assure qu’aucun bris de service n’est envisagé, bien que le SPS soit déclaré comme l’un des foyers d’éclosion du coronavirus au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un cinquième policier a été déclaré positif à la COVID-19, mardi, ce qui porte le nombre d’agents infectés à cinq. D’autres cas pourraient s’ajouter au cours des prochains jours, mais le directeur a bon espoir que le foyer d’éclosion se limite à cette seule équipe. Les policiers infectés ou en isolement en attente de résultat travaillaient ensemble. Ils n’auraient pas eu de contact rapproché avec des citoyens, bien qu’il soit possible que l’un ou l’autre des policiers aient côtoyé des gens, a ajouté Denis Boucher. Tous les policiers qui ont eu des contacts avec les premiers cas confirmés sont présentement en isolement et en attente de résultat. Il y a 30 agents absents du travail en raison de la COVID-19, mais Denis Boucher assure qu’il y a tous les effectifs nécessaires au bon fonctionnement du service. «Je tiens à le dire, il n’y a pas de bris de service envisagé», a noté le directeur.

Le point de presse était organisé devant le quartier général.

« Je tiens à le dire, il n’y a pas de bris de service envisagé. »
Denis Boucher

Le premier policier qui a été infecté n’aurait pas attrapé le virus au cours d’une opération, a ajouté le directeur. Il a été déclaré positif samedi dernier.

Denis Boucher assure que toutes les mesures de protection ont été resserrées d’un cran. Les policiers doivent porter le masque à l’intérieur des postes de police et des autopatrouilles, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Les agents doivent également porter le masque lors des opérations au sein de la population.

Les policiers atteints de la COVID-19 travaillaient ensemble et Denis Boucher croit qu’il n’y aura pas de second foyer d’éclosion dans un autre poste ou un autre service. «Tout a été mis en place pour limiter la propagation», a affirmé le directeur aux journalistes invités à se déplacer devant le poste de police d’Arvida, mardi en après-midi.

Depuis le mois d’avril, les policiers affectés dans l’un des arrondissements de Saguenay (La Baie, Chicoutimi et Jonquière) doivent y demeurer. Les voitures, les armes et tout le matériel nécessaire à leur travail restent également dans le même poste de police et ne sont pas transférés d’un arrondissement à l’autre.