Mélanie Gingras, directrice adjointe du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées du CIUSSS de la Capitale-Nationale, incite la population à faire preuve de patience auprès du personnel des CHSLD, de nouvelles mesures se préparent.

CHSLD en isolement: confiance et patience envers les intervenants

«Vous ne pouvez pas m’ordonner de partir!» Une personne venue voir un proche dans un centre d’hébergement de personnes âgées refusait de s’en aller. Les intervenants ont dû demander l’aide des policiers pour contrôler l’altercation. 

Les agents ont escorté cette personne à l’extérieur du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la région de la Capitale-Nationale, on ne peut préciser quel établissement pour assurer la protection des occupants.

«Les gens sont inquiets. Les familles sont très inquiètes. Ça amène cette insatisfaction, il y a eu certaines actions où on devient agressifs envers le personnel», témoigne la directrice adjointe du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées du CIUSSS de la Capitale-Nationale, Mélanie Gingras. 

Évidemment, en arriver à appeler les policiers n’est pas le dénouement espéré. Les responsables des CHSLD demandent à la population d’être patiente, et de faire confiance aux professionnels de la santé. S’ils refusent que leurs résidents soient en contact avec leur famille, ce n’est pas pour mal faire, rappelle Mélanie Gingras.

«On doit protéger ces gens-là, c’est notre responsabilité. Le personnel fait du mieux qu’il peut, ils ont à cœur le bien-être des personnes âgées. Ce n’est pas évident, il faut comprendre qu’on fait l’envers de ce qu’on prône habituellement.»

Le souhait des intervenants est que leurs résidents soient bien entourés, que leur famille soit prés d’eux, mais pas au détriment de leur santé. 

Nouvelles mesures

Étant donné qu’ils sont les personnes les plus vulnérables, les personnes âgées sont priées de rester à la maison et d’éviter les contacts extérieurs pendant toute cette crise. La grande majorité des personnes décédées des suites du coronavirus sont âgées de 70 et plus.

«On ne veut pas chasser les familles, on veut les amener différemment à l’intérieur. On est en action de manière accélérée, mais il existe des délais dans l’application de nouvelles mesures. Il faut être patient... On déroule le tapis en marchant dessus», confie Mélanie Gingras au Soleil.

Une fondation partenaire du CIUSSS (qu’on ne peut nommée pour l’instant) a d’ailleurs fait preuve d’une grande générosité, elle payera pour offrir une tablette à tous les résidents. Ils pourront demeurer en contact virtuellement avec leur proche par appel vidéo. Ce n’est pas l’idéal, consent Mme Gingras, mais c’est l’une des façons les plus humaines de garder contact. 

«La situation, c’est du jamais-vu pour tout le monde. C’est une situation insécurisante et il faut nous faire confiance. Nos employés sont formés et on sait quoi faire», répète la directrice.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale assure la gestion de 29 CHSLD sur son territoire, près de 3000 personnes âgées recevront une tablette, tout dépendant la disponibilité des produits. 

D’autres mesures seront aussi mises en place dans les prochains jours pour assurer une communication efficace entre les familles et les résidents, d’autres sources de divertissement seront aussi imaginées dans chaque centre d’hébergement. 

En attendant, Mélanie Gingras invite les familles à respecter les consignes de Dr Horacio Arruda, afin de protéger nos aînés le plus possible de ce virus qui avait contaminé un total de 139 Québécois vendredi.