Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Centres de dépistage débordés à Québec et Lévis [VIDÉO]

Judith Desmeules
Judith Desmeules
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les centres de dépistage de COVID-19 étaient débordés, lundi dans la grande région de Québec. Dans la Capitale-Nationale, plus de 4000 tests ont été effectués, un record depuis le début de la pandémie.

Le précédent record avait été établi tout juste la veille, avec 2750 tests.

«Même avec la rentrée scolaire, même avec l’événement Costco l’été dernier et les activités de dépistage du printemps dernier, on a jamais frôlé 3000 tests», indique Serge Garneau, directeur adjoint des services santé généraux au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Le temps d’attente s’est donc vu beaucoup plus long qu’à l’habitude aux centres de dépistage du Centre de foires, à ExpoCité, du parc Colbert, à Sainte-Foy, ainsi qu’à celui de Lévis.

Un accident de voiture a entrainé une panne de courant dans le secteur de Beauport, ce qui a causé la fermeture pour la journée de la clinique de dépistage de la rue Clémenceau. Son personnel a d’ailleurs été rapidement transféré vers les autres cliniques pour y prêter main-forte et limiter le temps d’attente.

Le débordement peut s’expliquer à cause de cette fermeture, mais une hausse généralisée du nombre de cas dans la région tient une part du phénomène.

«On observe une augmentation de la demande depuis une semaine en Capitale-Nationale. Selon l’établissement, il s’agit principalement de jeunes et de familles [personnes âgées de moins de 50 ans] ayant des symptômes compatibles avec la COVID-19», signale un porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux

«L’établissement opère habituellement entre 25 à 50 % de sa capacité de dépistage. Au cours de la dernière semaine, le taux d’utilisation de la capacité a augmenté à 64 %», ajoute-t-il.

La file de voitures en attente au centre de dépistage du parc Colbert.

La clinique du parc Colbert reçoit aussi plusieurs personnes de la Rive-Sud, qui elles espèrent attendre moins longtemps qu’à Lévis.

Le taux de positivité des tests a justement grimpé dans les derniers jours, il s’élève à 4.3 %.

Le temps d’attente pour recevoir son résultat se situe à 24h avec la très grande demande, au lieu de 8 à 10 heures.

S’inscrire

Pour raccourcir l’attente et faciliter le travail des équipes, le CIUSSS recommande de prendre rendez-vous la veille, si possible, ou de se préinscrire pendant l’attente. Des agents de sécurité distribuent des codes QR à cet effet.

«Il faut vraiment aller dans la section préinscription et entrer toutes les données normatives. Ici, ça prend 15 minutes lorsque ce n’est pas entré. Quand c’est déjà fait, on scanne la carte d’assurance maladie et les données arrivent, on gagne 15 minutes par personne. C’est majeur», note Serge Garneau.

Les étapes apparaîtront après que l’autoévaluation des symptômes aura été remplie.

«Les gens sont responsables, ils vont se tester et c’est la chose à faire. On demande aux gens de nous aider à les aider, pour que ça soit plus vite», termine M. Garneau.

La file de voitures en attente au centre de dépistage du parc Colbert.

Chaudière-Appalaches

Au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Chaudière-Appalaches, les éclosions en Beauce expliquent l’achalandage marqué vers les cliniques de dépistage.

«La hausse des demandes est davantage en Beauce où il y a quelques éclosions dans les écoles donc plusieurs bulles classes à dépister en même temps. L’établissement ajuste présentement sa capacité de dépistage, habituellement 1100 par jour, par un ajout de ressources humaines», fait savoir un porte-parole du ministère de la Santé par courriel.

Un délai de 24 à 48 heures pour obtenir un rendez-vous de dépistage est à prévoir, la ligne téléphonique est aussi engorgée.

«Il y a plus de demandes dans l’ensemble des centres de dépistage en Chaudière-Appalaches. Le nombre de cas augmente et les gens vont se faire dépister et c’est ce qu’ils doivent faire», commente l’agente d’information du CISSS, Maryse Rodrigue. Avec Olivier Bossé