Les propriétaires de terrains de camping et les campeurs attendent avec impatience une date de réouverture afin de pouvoir procéder aux préparatifs de leur saison.
Les propriétaires de terrains de camping et les campeurs attendent avec impatience une date de réouverture afin de pouvoir procéder aux préparatifs de leur saison.

Camping : le stress s’installe chez les propriétaires

Même si les campeurs et les propriétaires de terrains camping ont « extrêmement hâte » de pouvoir s’adonner à leur loisir, Camping Québec dit n’avoir noté aucun écart de conduite de la part de ses membres quant au non-respect des règles de santé liées à la COVID-19.

Les règles mises en place par la Santé publique dans le cadre de la pandémie ordonnent la fermeture de tous les campings. Elles interdisent tout mouvement d’entrée ou de sortie à l’égard des campeurs saisonniers afin de respecter les règles de confinement.

À LIRE AUSSI: Golfs et campings doivent prendre leur mal en patience

Camping Québec se prépare à une saison différente, mais reste confiant

« Le mot d’ordre est clair depuis le début : il ne doit pas y avoir de mouvements, a rappelé jeudi le président-directeur général de Campin Québec, Simon Tessier. Si des campings ne respectent pas les règles de santé publique, ils s’exposent à des représailles de la part de la Sécurité publique.

« Nous n’avons pas de pouvoirs de coercition. Nous avons un pouvoir de sensibilisation et de conscientisation, et ce rôle-là, on l’exerce depuis le début de la crise », assure M. Tessier, qui dit ne pas avoir été informé de cas de non-respect des règles de la part de ses membres.

« L’information qu’on véhicule est claire depuis le début. Est-ce que malgré tout, des gens contreviennent aux règles? C’est possible. Je pense qu’il ne faut pas cibler les terrains de camping. Il y a des citoyens en général qui contreviennent aux règles. Cela a été mentionné dans le point de presse de M. Legault. Il y a des gens qui se font des partys COVID, il y a des gens qui ne respectent pas la distanciation sociale, tant chez les jeunes que chez les plus vieux. En ce qui nous concerne, la très grande majorité de nos membres observent les règles à la lettre. »

Camping Québec, qui représente plus de 700 des quelque 900 terrains de camping de la province, déplore néanmoins l’incertitude entourant le début de la saison. Selon M. Tessier, l’impatience commence à se faire sentir parmi les propriétaires et ainsi que les campeurs.

« Il y a beaucoup de stress chez nos opérateurs et beaucoup de questionnement chez les campeurs. On comprend que c’est une crise de santé publique et que c’est une situation qui est évolutive. Mais on aurait aimé avoir une date d’ouverture, ne serait-ce que pour les campeurs saisonniers pour ajuster nos préparations en conséquence. Malheureusement, on est encore en mode attente… »

Les directives en matière de santé publique indiquent que tous les terrains de camping n’accueillant pas de snowbirds (voyageurs revenant au Québec des États-Unis et n’ayant pas de résidence principale au Québec) doivent être fermés complètement.

Camping Québec a reçu la confirmation que, dans ces cas précis, les emplacements peuvent demeurer ouverts et accueillir ces voyageurs en se conformant aux directives suivantes:

- Seuls les snowbirds qui n’ont pas d’autre option de logement au Québec peuvent camper sur les terrains des emplacements concernés. Ces emplacements doivent fermer tous les accès aux espaces communs.

- Les services d’eau, électricité et d’égout doivent être fournis directement vers les sites, afin de permettre aux campeurs de respecter l’isolement obligatoire durant 14 jours à leur retour.

- Tout contrevenant s’expose à une amende pouvant atteindre 750 000 $ ou à une peine d’emprisonnement maximal de six mois.