Bonne nouvelle: un produit contre les poux pourrait tuer le coronavirus

MONTRÉAL — Un médicament peu dispendieux utilisé pour combattre les infections parasitaires s’est révélé très efficace contre le coronavirus lors de tests en laboratoire, révèlent des chercheurs australiens.

Le médicament en question, l’ivermectine, aurait tué le virus SARS-CoV-2 en moins de 48 heures.

Il est largement utilisé depuis des décennies, notamment pour combattre les poux, la gale et d’autres infections causées par des parasites.

Selon l’étude qui sera publiée sous peu par le journal médical Antiviral Research, l’ivermectine a empêché le virus de se reproduire.

Les chercheurs ont infecté des cellules avec le SARS-CoV-2. Une seule dose d’ivermectine avait grandement réduit l’activité du virus après 24 heures; après 48 heures, le virus avait été éliminé.

Un des auteurs de l’étude a expliqué que l’ivermectine semble cibler une molécule dont le virus a besoin pour se reproduire. L’ivermectine ralentirait donc suffisamment la prolifération du virus pour permettre au système immunitaire de prendre le dessus.

Lors d’études précédentes, l’ivermectine avait démontré une efficacité face à des maladies comme la dengue et une capacité à freiner des infections semblables à la COVID-19, comme le virus du Nil occidental.

D’autres tests sont maintenant nécessaires pour vérifier si l’ivermectine fonctionne aussi bien in vivo.

Quiconque ayant accès à de l’ivermectine, y compris à la version vétérinaire du produit, ne devrait pas tenter de s’autosoigner.