«Une ligue est également en préparation au Texas de même qu’au Missouri et en Illinois», explique Michel Laplante, président des Capitales de Québec qui travaille lui-même à lancer une «ligue Covid» à quatre équipes qui joueraient à Québec et Trois-Rivières.
«Une ligue est également en préparation au Texas de même qu’au Missouri et en Illinois», explique Michel Laplante, président des Capitales de Québec qui travaille lui-même à lancer une «ligue Covid» à quatre équipes qui joueraient à Québec et Trois-Rivières.

Baseball: des «ligues Covid» partout en Amérique

L’annonce de la reprise des activités du baseball majeur jumelée à la forte possibilité que les ligues mineures ne reprennent pas le collier cette saison a amené plusieurs parties de l’Amérique à lancer leur «ligue COVID» ou des équipes de baseball s’affronteront dans une «cellule restreinte» pour éviter les déplacements.

L’Association américaine de baseball professionnel a créé une ligue temporaire où six équipes s’affronteront dans trois stades de trois états: le Dakota du Nord, le Minnesota et le Wisconsin.

«Une ligue est également en préparation au Texas de même qu’au Missouri et en Illinois», explique Michel Laplante, président des Capitales de Québec qui travaille lui-même à lancer une «ligue Covid» à quatre équipes qui joueraient à Québec et Trois-Rivières.

«Je ne crois pas que les ligues mineures puissent jouer cette saison car leur calendrier amène trop de changement d’états», indique Laplante, qui verrait son projet comme une planche de salut pour les joueurs professionnels canadiens.

«L’oreille de Patrick (Scalabrini, gérant des Capitales) est presque brûlée tellement il a passé de temps au téléphone. Plusieurs joueurs sont prêts à faire une demande à leur organisation professionnelle pour venir jouer au Québec cet été», explique Laplante.

Scalabrini avait lancé lundi un appel aux joueurs canadiens via Facebook afin de sonder le terrain et voir lesquels avaient un intérêt pour le projet de Michel Laplante. 

«Beaucoup sont intéressés mais ils ont beaucoup de questions et ils doivent avoir le consentement de leur organisation», poursuit Laplante, indiquant que les organisations des ligues majeures qui ont des joueurs canadiens sous contrat ont aussi des questions.

«Les équipes veulent être certaines que les joueurs auront des assurances et que nous aurons des médecins sur place pour s’assurer qu’ils sont en santé», poursuit-il.

Restera ensuite les discussions avec la direction de la santé publique. «Nous sommes en contact avec eux et notre projet vise à permettre des matchs avec spectateurs mais en respectant la distanciation physique de deux mètres et avec des entrées multiples dans les stades pour minimiser les contacts. Ça nous ramène à moins de 30% de notre capacité, mais on estime que ça en vaut la peine», conclut Michel Laplante, qui espère avoir le feu vert au cours des prochains jours.