YouTube dit avoir décidé de fermer la chaîne d'Alexis Cossette-Trudel parce qu’il s’agit de «désinformation au niveau médical».
YouTube dit avoir décidé de fermer la chaîne d'Alexis Cossette-Trudel parce qu’il s’agit de «désinformation au niveau médical».

Au tour de YouTube de bannir Alexis Cossette-Trudel

Tristan Péloquin
Tristan Péloquin
La Presse
Après Facebook, c’est au tour de Google de bannir de façon définitive la chaîne Radio-Québec de sa plateforme YouTube, pour violation de sa politique contre la désinformation médicale entourant la COVID-19. Son animateur, Alexis Cossette-Trudel, se dit victime de censure.

La fermeture de la chaîne suivie par des dizaines de milliers de personnes survient quelques jours après la diffusion par M. Cossette-Trudel d’une vidéo intitulée «Le remède est arrivé». Il y affirmait qu’«on a la cure pour le COVID». Il basait ses propos sur les déclarations publiques du président américain Donald Trump, qui a soutenu avoir été guéri de la COVID-19 par le médicament expérimental Regeneron. «Le médicament l’a guéri de la COVID en 24 heures ou en 48 heures. Le Regeneron guérit de la COVID presque instantanément», soutenait M. Cossette-Trudel dans sa vidéo, ajoutant que les hôpitaux «vont se vider» et qu’il n’y aura plus aucun décès, «zéro hospitalisation» grâce à ce remède qui sera «en vente libre partout». «Est-ce qu’on veut continuer à confiner nos populations, à détruire l’économie, à briser les familles, pour notre hystérie COVID, alors qu’aux États-Unis, ils ont tout réglé le problème avec le Regeneron?», demandait M. Cossette-Trudel.

YouTube dit avoir décidé de fermer la chaîne de M. Cossette-Trudel parce qu’il s’agit de « désinformation au niveau médical. » « Nous avons des politiques claires contre les propos affirmant que le virus est une supercherie, les propos qui promeuvent des remèdes médicaux non fondés, ou qui encouragent les gens à ne pas consulter des professionnels de la santé. C’était une vidéo de trop et on a mis fin à sa chaîne », a indiqué à La Presse la porte-parole de Google, Luiza Staniec.

Lire la suite sur lapresse.ca