Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Une éclosion s’est déclarée au CHSLD Saint-Maurice, à Shawinigan.
Une éclosion s’est déclarée au CHSLD Saint-Maurice, à Shawinigan.

COVID-19: une première éclosion dans un CHSLD de la Mauricie

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Le bilan de la Santé publique fait état de 57 nouveaux cas en Mauricie-Centre-du-Québec ainsi que deux décès supplémentaires liés aux éclosions dans les résidences privées pour aînés. La région retient également son souffle alors qu’une première éclosion en Maurice depuis le début de la deuxième vague s’est déclarée en fin de semaine au CHSLD Saint-Maurice de Shawinigan.

Les secteurs les plus touchés sont encore une fois la MRC d’Arthabaska, qui a enregistré une augmentation de 20 nouveaux cas, et la MRC de Drummond, en hausse de 15. Trois-Rivières suit avec 10, l’agglomération de La Tuque avec trois, les MRC de Mékinac et de Nicolet-Yamaska avec deux et la MRC de Bécancour avec une nouvelle personne infectée.

On note également 53 nouvelles guérisons dans la région. Le nombre de cas actifs a quant à lui augmenté de trois et se situe actuellement à 779 en Mauricie et au Centre-du-Québec.

La pression sur les hospitalisations est une fois de plus à la baisse, alors que cinq places se sont libérées dans les unités COVID de Trois-Rivières et de Drummondville. Il y a également deux personnes qui ont quitté les soins intensifs. Lundi, 46 personnes atteintes du coronavirus étaient hospitalisées dans la région. Ce qui représente un taux d’occupation de 67%.

Des éclosions à surveiller

La Mauricie a enregistré sa première éclosion en CHSLD, en fin de semaine, alors qu’un employé et deux usagers du Centre d’hébergement Saint-Maurice ont été déclarés positifs à la suite d’un dépistage massif.

Du côté du CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec, on assure qu’on a appris des leçons du printemps dernier, où plusieurs personnes avaient perdu la vie à la suite d’éclosions dans les CHSLD.

«Au cours de l’été, il y a eu beaucoup de formations. Le personnel est beaucoup plus au courant. L’équipement de protection est complètement différent de ce qu’on avait connu au printemps. Toutes les précautions sont prises au niveau de la protection de contrôle des infections. On avait fait aussi l’élaboration de plans pour l’élaboration de zones chaudes en centre d’hébergement. On avait fait des simulations», énumère Guillaume Cliche, agent d’information du CIUSSS de la Mauricie-Centre-du-Québec.

La zone chaude a donc été déployée très rapidement, autant au CHSLD Saint-Maurice qu’au CHSLD Frederic-George-Heriot, de Drummondville, où une éclosion s’est déclarée la semaine dernière. Une zone qui est plus efficiente que celle qui avait été implantée au printemps, assure l’agent d’information du CIUSSS.

La situation est un peu différente au CHSLD Saint-Maurice, puisque l’éclosion s’est produite dans une unité prothétique où se trouvent des personnes qui peuvent présenter des problématiques d’errance et qui ne comprennent pas les règles à suivre.

L’aile prothétique, où se trouvaient sept résidents, a donc été circonscrite du reste du CHSLD. Une surveillance plus importante y est apportée pour éviter les contacts avec les autres usagers. Les deux personnes infectées ont quant à elle été transférées dans la zone chaude.

Advenant que des cas se déclarent au sein du reste des usagers, une autre zone chaude devrait être implantée pour éviter le contact avec les personnes qui peuvent faire de l’errance.

De son côté, l’éclosion au CHSLD Frederic-George-Heriot a causé huit nouveaux cas, lundi, dont sept résidents et un employé. Il y a actuellement 19 personnes infectées par la COVID-19, dont 16 résidents.

Dans les résidences privées pour aînés, deux autres résidences se sont ajoutées du côté de Victoriaville pour porter le nombre de milieux en éclosion à 14 dans la région.

À Trois-Rivières, on rapporte six nouveaux cas, dont cinq à la Résidence Laliberté (4 employés, 1 résident) et un résident de la résidence Myosotis. La situation est toujours stable au Centre l’Assomption de Saint-Léonard-d’Aston, à la résidence Laveault de Louiseville, chez Johanne et Gilles, à Shawinigan, et aux Jardins les Becquets de Saint-Pierre-les-Becquets.

Pour ce qui est des éclosions au CHAUR, trois employés de l’unité COVID de Trois-Rivières ont été déclarés positifs, tout comme un usager de l’unité de neurologie (2J).

Dans les écoles, le dernier bilan publié vendredi fait état de nouveaux cas qui ont été rapportés dans une quinzaine d’établissements de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Une manifestation contre le recours à l’arrêté ministériel

Par ailleurs, une manifestation s’est produite du côté de Victoriaville, lundi midi, afin de dénoncer l’utilisation abusive des arrêtés ministériels du gouvernement Legault. Ce qui permet notamment aux gestionnaires d’imposer des horaires de travail sans le consentement des salariés, et ce, sans aucune justification. Ce qui a mené des milliers de travailleuses et de travailleurs à démissionner au cours des derniers mois, fait valoir le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Pascal Bastarache.

«Monsieur Legault doit revoir ses priorités, il doit arrêter de miser sur l’imposition et les menaces pour arriver à ses fins», a-t-il fait valoir.