Les trois préposées à l’unité 4 Laurence Mercier, Maude Marchand-Petit et Patricia Marchand gardent le sourire, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elles travaillent au CHSLD Laflèche.
Les trois préposées à l’unité 4 Laurence Mercier, Maude Marchand-Petit et Patricia Marchand gardent le sourire, malgré les conditions difficiles dans lesquelles elles travaillent au CHSLD Laflèche.

COVID-19: quatre décès de plus, dont deux au CHSLD Laflèche

TROIS-RIVIÈRES — Le bilan continue de s’alourdir en Mauricie et au Centre-du-Québec. On compte maintenant 673 personnes atteintes de la COVID-19 dans la région, soit 25 de plus que la veille. Les autorités déplorent de plus quatre nouveaux décès, dont deux au CHSLD Laflèche de Shawinigan, portant à 33 le nombre de victimes de la pandémie sur le territoire du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Les deux autres décès au CHSLD Laflèche portent donc à 22 le nombre de morts dans cette résidence depuis le début de la pandémie. De plus, la Santé publique indique que 93 résidents de ce CHSLD sont maintenant infectés par la maladie, soit deux de plus que jeudi. Le nombre de cas chez les employés s’élève désormais à 58, soit un bond de six cas en 24 heures.

Pour aider le personnel soignant du CHSLD Laflèche, le CIUSSS MCQ a annoncé vendredi en fin de journée la mise en place de mesures exceptionnelles. Une équipe d’une cinquantaine de personnes a été créée afin de donner du répit au personnel en place.

Plus précisément, la Mauricie est passée de 555 cas à 576 de COVID-19, alors que le Centre-du-Québec a vu son nombre de cas augmenter de cinq en 24 h pour se chiffrer à 95.

On dénombrait également vendredi 25 hospitalisations dans la région, alors que onze personnes étaient soignées aux soins intensifs. De plus, 144 personnes sont maintenant rétablies dans la région, soit 15 de plus que jeudi.

Le mouvement de personnel sème l’inquiétude

Même si le CHSLD Laflèche est un des plus importants foyers d’éclosion de la COVID-19 au Québec, du personnel qui a travaillé dans cet établissement de Shawinigan a été appelé à combler le manque d’employés dans d’autres résidences de la région. Une aide de service qui avait travaillé dans ce CHSLD a notamment été envoyée au Centre d’hébergement Mgr Paquin de Saint-Tite le 3 avril dernier. Selon nos informations, elle aurait depuis développé les symptômes de la COVID-19 et aurait reçu un diagnostic positif à la maladie.  

Martine St-Amant, la fille d’un résident du Centre Mgr Paquin de Saint-Tite, est furieuse contre les gestionnaires qui transfère le personnel d’un foyer d’éclosion de la maladie à un autre centre d’hébergement.

«La personne qui a donné l’horaire pour l’envoyer travailler au Centre d’hébergement Mgr Paquin savait qu’elle avait travaillé à Laflèche, mais elle l’a quand même envoyée là. Tous les membres du personnel qui ont travaillé avec l’aide de service qui a été déclarée positive ont été contactés et vont passer éventuellement le test», déplore Mme St-Amant qui a eu la confirmation que son père a été en contact avec cette employée.  

«Il y a eu une grave erreur. C’est vraiment inexplicable qu’un gestionnaire envoie quelqu’un de Laflèche à Saint-Tite, sachant qu’il n’y avait pas de cas à Saint-Tite. Tout allait bien.»

La région compte maintenant 673 cas de la COVID-19.

Selon nos informations, une infirmière qui a travaillé au CHSLD Laflèche a aussi été envoyée au Centre d’hébergement de Sainte-Thècle. Au fait de la situation, les membres du personnel de l’endroit lui auraient dit de ne pas se présenter au travail pour éviter une contamination. La personne appelée pour la remplacer aurait toutefois aussi travaillé dernièrement au CHSLD Laflèche.

Devant l’ampleur de l’hécatombe causée par la COVID-19 au CHSLD Laflèche, les proches des résidents des centres d’hébergement sont très inquiets. «C’est un non-sens tout ça. Ça me met hors de moi», dénonce Martine St-Amant. «Quelqu’un nous est redevable par rapport aux décisions qui sont prises. Ça n’a pas de bon sens. La situation est grave et une personne en poste de gestion prend des décisions irréfléchies.»

Des mouvements de personnel dénoncés

Le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec (FIQ) dénonce vivement auprès de la direction du CIUSSS MCQ les mouvements de personnel entre différents lieux de travail en cette période de pandémie. La présidente du syndicat, Nathalie Perron, avoue qu’elle «entend toutes sortes d’affaires» actuellement.

«Ça se fait encore des déplacements de personnel du CHSLD Laflèche vers d’autres centres. Nous n’arrêtons pas de dire à la direction d’arrêter de les promener, ça ne finira plus les enquêtes (de Santé publique), le monde qu’on va devoir retirer et le manque de personnel qu’on va avoir encore plus», affirme la présidente du syndicat affilié à la FIQ.

«Le personnel devient des vecteurs de propagation. C’est comme ça qu’on va continuer à transmettre la maladie et qu’on va avoir une augmentation des cas partout. C’est complètement inacceptable.»
Par ailleurs, les équipes des soins intensifs du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) de Trois-Rivières se préparent pour faire face à la tempête. Selon les prévisions, le pic de personnes hospitalisées devrait survenir le week-end prochain, précise Nathalie Perron. «Mais, il manque encore de monde pour faire face à la prochaine fin de semaine, où l’on s’attend à ce que ça déborde», mentionne-t-elle.  

Les travailleuses et travailleurs de la santé vivent des moments terriblement difficiles, particulièrement ceux du CHSLD Laflèche. Les CHSLD sont des milieux de vie et ses résidents y habitent parfois durant plusieurs années. Des liens se tissent entre ces résidents et ceux qui veillent au quotidien sur leur bien-être. «De voir autant de résidents mourir en si peu de temps, c’est très souffrant pour le personnel», avoue Nathalie Perron.

Le CIUSSS MCQ a annoncé que le soutien psychosocial offert au personnel a été rehaussé. Un intervenant est disponible en tout temps pour les travailleurs.

Des mouvements exceptionnels, assure la direction du CIUSSS

Des mouvements de personnel entre les différents CHSLD et centre d’hébergement se sont produits de façon exceptionnelle, soutient le directeur des ressources humaines au CIUSSS MCQ, Louis Brunelle.
«Il y a plusieurs semaines, nous avons décidé de limiter le plus possible les déplacements de personnel entre les CHSLD. On sait que c’est là que c’est problématique», précise M. Brunelle. «Malheureusement, il a dû y avoir des exceptions. Compte tenu du manque de personnel, des travailleurs ont dû aller dans d’autres CHSLD.»

En raison de l’ampleur de la contamination et de la mortalité au CHSLD Laflèche, le CIUSSS a annoncé vendredi soir qu’il interrompait tout mouvement de travailleurs entre les CHSLD. De plus, cette mesure s’appliquera à l’ensemble des établissements de santé de la région dans les prochains jours.

***

Répartition des cas dans la région

Total des cas: 673

Mauricie: 576

  • Trois-Rivières: 219
  • Centre-de-la-Mauricie: 232
  • Maskinongé: 104
  • Vallée-de-la-Batiscan: 21
  • Haut-Saint-Maurice: 0
    * Certains cas restent à être associés
    à un territoire

Centre-du-Québec: 95

  • Bécancour-Nicolet-Yamaska: 10
  • Drummond: 72
  • Arthabaska-et-de-l’Érable: 13

Décès dans la région: 33