Les travailleurs de la santé ne devront plus obtenir deux résultats négatifs à un test de dépistage de la COVID-19 avant de retourner au travail.
Les travailleurs de la santé ne devront plus obtenir deux résultats négatifs à un test de dépistage de la COVID-19 avant de retourner au travail.

COVID-19: nouveau protocole de retour au travail pour les travailleurs de la santé infectés

TROIS-RIVIÈRES — Le ministère de la Santé du Québec et l’Institut national en santé publique du Québec ont modifié le protocole de retour au travail des employés du réseau de la santé atteints par la COVID-19. Les travailleurs porteurs du coronavirus n’ont plus à obtenir deux tests négatifs consécutifs avant de retourner au travail. L’isolement de deux semaines et l’absence de symptômes sont suffisants, estiment les autorités en santé publique.

«Nos connaissances au sujet de la COVID-19 évoluent toujours. Les études en cours tendent à démontrer que les deux tests négatifs ne seraient plus nécessaires s’il y a eu un 48 heures sans fièvre et un 24 heures sans nouveaux symptômes ou sans difficulté respiratoire», explique Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

«On peut lever à ce moment l’isolement auprès du travailleur.»

Selon ces nouvelles conditions, il est toutefois possible qu’un travailleur de la santé retourne en poste même si certains symptômes subsistent, comme la perte de l’odorat ou une toux légère. «C’est possible que ces symptômes se poursuivent, mais ça serait plus associé à une évacuation de matériel génétique mort du virus dans l’organisme», précise Guillaume Cliche.

«Lorsqu’on fait des dépistages, on peut voir le matériel génétique dans l’organisme, mais ça ne détermine pas s’il est mort ou non.»

Les travailleurs de la santé qui devaient obtenir deux tests négatifs pouvaient alors voir leur retour en fonction retardé en raison de la détection de matériel génétique mort du coronavirus, précise l’agent d’information du CIUSSS MCQ. Inactif, le virus peut encore être détecté chez une personne même si elle n’est plus contagieuse.

Depuis le début de la pandémie en mars, les travailleurs de la santé ont durement été affectés par la COVID-19. Au front à lutter contre la propagation, ils sont plus susceptibles de contracter la maladie. Pas moins de 470 employés du CIUSSS MCQ ont été infectés par le coronavirus. De ce nombre, 352 sont rétablies alors que 118 sont toujours porteurs du virus et en isolement. Le nouveau protocole de retour au travail va permettre notamment à ces travailleurs de reprendre plus rapidement leurs fonctions.

«Il y a une partie de ces travailleurs qu’on gardait à la maison peut-être inutilement», note Guillaume Cliche.

«C’est sûr que si une personne présente toujours des symptômes importants ou si elle est immunosupprimée, il va y avoir une évaluation au cas par cas.»

Le président du Syndicat pour le personnel paratechnique, les services auxiliaires et les métiers (CSN), Pascal Bastarache, a appris ce nouveau protocole de retour au travail lorsqu’il a été questionné à ce sujet par des médias. Il affirme d’emblée «ne pas comprendre la logique derrière cette annonce».

«On n’a aucune chance à prendre avec ce que nous avons vécu dans la région. Nous vivons de l’incompréhension et de la frustration présentement», soutient Pascal Bastarache.

«Nous avons beaucoup de craintes sur les mesures de contrôle qui sont faites avant un retour au travail.»