L’enseignement se fera entièrement à distance.
L’enseignement se fera entièrement à distance.

COVID-19: le Séminaire Saint-Joseph fermé jusqu’au 26 octobre

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Après avoir tenté par tous les moyens possibles, au cours des derniers jours, de freiner la propagation de la COVID-19 chez ses élèves et son personnel, le Séminaire Saint-Joseph s’est finalement résigné à fermer temporairement ses portes, lundi. 

L’établissement, qui comptait 61 cas de COVID-19 parmi les élèves, a annoncé que l’enseignement sera malgré tout dispensé à ses élèves comme d’habitude, mais entièrement à distance à partir du mardi 20 octobre. L’école procédera de la sorte jusqu’au 26 octobre inclusivement et profitera de la pause pour désinfecter tous ses locaux.

Plusieurs classes de même que le personnel ont été testés, en fin de semaine, ce qui a démontré que les cas positifs étaient à la hausse dans l’école et que l’éclosion ne semblait pas vouloir ralentir.

C’est le premier établissement scolaire de la région, depuis la rentrée de septembre, qui doit basculer entièrement à distance pour faire la classe à ses élèves à cause de la pandémie. C’est aussi l’établissement qui a été le plus touché par le virus dans la région jusqu’à maintenant.

La semaine dernière, le directeur Dany Dallaire avait indiqué au Nouvelliste que l’équipe-école, de même que les élèves, étaient en mesure de basculer en enseignement à distance très rapidement au besoin. L’établissement est en effet équipé de manière à ce qu’un enseignant pourrait, s’il le devait, faire la classe de chez lui à un groupe physiquement présent dans un local. Cette méthode n’a toutefois pas été appliquée, jusqu’à présent, puisqu’il a fallu mettre l’école au complet sur pause et faire basculer tout le monde en virtuel.

«Nous sommes persuadés qu’il s’agit de la meilleure solution afin de mettre cette tempête derrière nous», indique la direction dans un communiqué envoyé aux parents lundi. Dany Dallaire a précisé au Nouvelliste que la décision a d’ailleurs été prise en collaboration avec la Santé publique. «Ce n’est pas le scénario que l’on souhaitait», confie le directeur, mais dans les circonstances, c’était celui qui s’imposait à cause de la multiplication des cas.

La situation rendait d’ailleurs la prestation des services de plus en plus difficile pour les membres du personnel à mesure que ces derniers étaient mis en quarantaine en attendant les résultats de leurs tests ou à la suite d’un test positif.

La décision ne touche pas que le Séminaire. Des parents avaient en effet récemment manifesté leur inquiétude de voir les jeunes des écoles secondaires qui ne connaissent pas d’éclosion fréquenter le même transport scolaire que plusieurs élèves du Séminaire Saint-Joseph à l’intérieur des autobus de la STTR.

À la société de transport, on rappelle d’abord que les élèves, mais également tous les citoyens ayant des symptômes grippaux, déclarés positifs à la COVID-19 ou étant en attente d’un résultat de test doivent suivre la directive émise par la Santé publique de demeurer à la maison et ne devraient donc pas fréquenter les autobus de la STTR.

Le porte-parole, Charles-Hugo Normand, ajoute qu’une nouvelle directive avait d’ailleurs récemment été donnée aux élèves fréquentant le Séminaire Saint-Joseph de porter un masque chirurgical, et non seulement un couvre-visage, à l’intérieur des autobus.

Pour l’instant, le SSJ espère pouvoir revenir à la normale après le 26 octobre, mais Dany Dallaire explique que d’autres discussions auront lieu avec la Santé publique, d’ici là et que la situation sera réévaluée.

Malgré la situation, le directeur a tenu à souligner que la journée portes ouvertes du SSJ, qui se tenait le week-end dernier, a connu un franc succès avec 500 visiteurs.

Dans les autres écoles

Selon la plus récente liste de la Collecte nationale quotidienne pour le réseau scolaire public et privé datée du 16 octobre, c’est au Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy que se concentrent en ce moment les autres nouveaux cas de COVID-19 dans la région. Ces derniers sont survenus à l’école alternative Freinet, ainsi que dans les écoles Jacques-Hétu, La Source, l’Académie sportive et Saint-François-d’Assise. De nouveaux cas viennent également d’apparaître où des cas avaient déjà été signalés. Il s’agit du Centre de formation professionnelle Bel-Avenir, de l’Académie les Estacades et de l’école Chavigny. Rien de nouveau à signaler sur cette liste du 16 octobre pour le CSS de l’Énergie, le CSS de la Riveraine, la Commission scolaire Central Québec ou les autres écoles privées.

Du côté de la STTR

Charles-Hugo Normand rappelle que les employés du réseau de transport s’affairent tous les jours à faire respecter le port du couvre-visage dans les autobus, et que la collaboration de tous est essentielle. 

Présentement, la STTR n’accepte plus d’émettre de nouvelles cartes d’embarquement pour les élèves des différentes écoles secondaires de la région, note M. Normand, et le Centre de services scolaire du Chemin-du-Roy a reçu la directive qu’aucune autre demande ne sera acceptée. Une directive qui vise à éviter les surcharges à bord, note-t-on. Ainsi, si un élève devait arriver dans la région au milieu de l’année scolaire par exemple, il ne pourra pas bénéficier des ententes de transport avec la STTR pour le transport scolaire intégré.