La région compte six cas de plus de COVID-19.
La région compte six cas de plus de COVID-19.

COVID-19: la situation bouge peu dans la région

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Pendant que le Québec connaît une tendance à la hausse du nombre de cas de coronavirus, la région réussit à se maintenir à un niveau rassurant et le milieu médical peut pousser un soupir de soulagement concernant le premier centre d’hébergement en Mauricie durement touché par la maladie au printemps. Malgré une rumeur qui circule en ce sens, aucun cas de COVID-19 n’a été trouvé récemment au CHSLD Laflèche du secteur Grand-Mère, une résidence qui a fait les manchettes plus souvent qu’à son tour en raison des 44 décès reliés à la COVID-19.

Selon les données fournies vendredi par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec, la région affiche 2169 cas. Cela représente une différence de six par rapport aux 2163 cas répertoriés mercredi. Trois-Rivières, Saint-Tite et Sainte-Thècle ont un nouveau cas. Deux des trois nouvelles contaminations observées au Centre-du-Québec l’ont été à Drummondville.

«Ça se maintient. On a eu des sursauts, mais sur une tendance de sept jours, ça demeure stable. Nous avons cinq personnes rétablies. Il y a peu de nouveaux cas, mais ça démontre que le virus est en circulation et que le maintien des mesures de protection est indiqué», constate Guillaume Cliche, agent d’information du CIUSSS régional.

Le CHSLD Laflèche a été le premier centre d’hébergement de la région à vivre une forte éclosion de coronavirus. Un résident a reçu un diagnostic positif au cours de la dernière fin de semaine. Mais ce résultat n’est pas un nouveau cas de contamination, explique M. Cliche.

«Une personne peut avoir un test positif plusieurs mois après avoir été infectée. Ce résident avait déjà eu la COVID. Dans ce cas, c’est une ancienne infection. Il n’y a rien de spécial à Laflèche et il n’y a pas d’éclosion dans les autres CHSLD», déclare l’agent d’information en précisant que le CIUSSS poursuit ses efforts de dépistage auprès de son personnel.

Parlant de dépistage, la clinique mobile de Trois-Rivières reprendra du service à compter de mardi au centre commercial Les Rivières. Le retour en classes incite notamment le CIUSSS à inviter les gens qui présentent des symptômes ou qui ont des doutes à subir un test de dépistage. Ceux-ci pourront le faire sans rendez-vous de 9 h à 15 h.

Des opérations reportées

La pandémie de COVID-19 a chamboulé beaucoup de choses depuis six mois, incluant les activités d’intervention chirurgicale au CIUSSS. Quelque 7240 personnes sont en attente d’une opération. De ce nombre, 5694 personnes ont un dossier qui respecte les délais d’accès.

Les cas ne respectant pas les délais sont de 1546. À la même période en 2019, ce nombre était de 128.

«Des fois, ce sont des raisons personnelles. Ce qu’on voyait beaucoup, c’est des snowbirds qui passent six mois en Floride. Ça entre dans nos statistiques hors délai. Des fois, il y a un problème de santé qui empêche une chirurgie. Ça peut aussi s’expliquer en partie par la pandémie. Avant la pandémie, les indicateurs étaient sous contrôle», mentionne M. Cliche.

En moyenne, quelque 2400 opérations par mois ont été reportées à cause du coronavirus, précise le porte-parole.

«Périodiquement, un comité se rencontrait pour prioriser les chirurgies et s’assurer que le report n’avait aucun impact sur la santé de la personne. Pour les 1546 personnes hors délai, ces personnes sont réévaluées.»

Afin d’améliorer la situation, le CIUSSS a ajouté des plateaux de blocs opératoires dans ses installations et est sur le point de conclure une entente avec un centre privé pour avoir accès à son plateau.

Quelque 38 000 opérations sont effectuées chaque année en Mauricie et au Centre-du-Québec.