Le directeur national de Santé publique Horacio Arruda.
Le directeur national de Santé publique Horacio Arruda.

COVID-19 en Mauricie et au Centre-du-Québec: vers des préalertes ciblées?

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES —  Est-ce que la Mauricie et le Centre-du-Québec pourraient bientôt passer en situation de préalerte sanitaire? En point de presse en début d’après-midi lundi, le directeur national de Santé publique du Québec Horacio Arruda a mentionné que la région pourrait être l’une des prochaines à changer de couleur. La Direction régionale de la Santé publique évoque toutefois des préalertes ciblées en fonction de l’évolution de la pandémie.

Interrogé sur la possibilité de voir la région changer au jaune lors de la période de questions, Horacio Arruda a sous-entendu que la situation peut changer rapidement et que personne n’est à l’abri. Il a souligné que le Québec avait entamé officiellement sa deuxième vague de COVID-19 et que chaque région qui «compte des cas» doit être prudente pour demeurer dans la couleur où elle se trouve actuellement.

«On suit la situation de près d’une façon quotidienne, mais on évolue toujours dans le palier vert actuellement», explique d’emblée Valérie Provencher, agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

«La directrice régionale de la Santé publique, Dre Marie-Josée Godi, a précisé aujourd’hui qu’on pourrait arriver avec un portrait où certains secteurs auraient des paliers d’alerte qui seraient différents.» 

Des sous-régions ou des MRC pourraient donc, si leur situation se détériore, passer à un palier d’alerte supérieur. «Dans certains secteurs plus problématiques où on a eu une attention particulière au niveau de la vigie», précise Valérie Provencher, agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), qui n’a toutefois pas voulu identifier une MRC en particulier. 

La Santé publique affirmait toutefois la semaine dernière avoir une vigie particulière au Centre-du-Québec. «Le niveau d’alerte nous permet de faire des interventions plus ciblées par secteurs qui sont plus touchés», ajoute Valérie Provencher. 

Alors que certaines régions du Québec craignent de passer dans le mode rouge, la Mauricie et le Centre-du-Québec voient la deuxième vague de la pandémie progresser moins rapidement. La région enregistre quatre nouveaux cas dans le plus récent bilan de la Santé publique, ce qui porte à 2271 le total d’infections à la COVID-19 depuis le début de la pandémie. Trois de ces nouveaux cas ont été détectés chez des résidents de Victoriaville et un chez un de Trois-Rivières. 

Malgré les 67 cas actifs dans la région, la Santé publique ne rapporte actuellement aucune hospitalisation en Mauricie et au Centre-du-Québec en lien avec la COVID-19. 

Les mesures sanitaires du niveau de préalerte de couleur ne diffèrent pas du palier précédent. Les rassemblements privés intérieurs ou extérieurs sont toujours limités à dix personnes. Les salles de spectacles, les cinémas et les activités organisées dans un lieu public extérieur ne peuvent pas accueillir plus de 250 personnes. 

Par contre, la nouvelle mesure qui limite à 50 le nombre de personnes dans les lieux de culte, les mariages, les événements dans des salles de louées et autres célébrations s’applique aussi aux régions en préalerte. 

Les bars doivent mettre fin à la vente d’alcool à minuit et aucune consommation d’alcool après 1h de même que les activités dansantes ne sont permises.

Lorsqu’un secteur tombe en préalerte, des mesures plus serrées de la Santé publique sont appliquées. «On va renforcer ces mesures et les cibler davantage dans les secteurs qui sont touchés», précise l’agente d’information du CIUSSS MCQ.

Avec la collaboration de Marc-André Pelletier