COVID-19: en attente des résultats à Wemotaci

Audrey Tremblay
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste
La Tuque — Près de 70 employés du Centre administratif ont été testés à Wemotaci, lundi, lors de l’opération de dépistage de masse de la COVID-19. Les résultats seront connus dans les prochaines 48 heures. Mardi matin, le bilan était toujours stable à 4 cas actifs dans la communauté.

La situation amène des inquiétudes, mais pas de vent de panique selon la directrice générale de la communauté.

«Les employés ont peur aussi pour leur famille et leurs proches. Ils sont plusieurs dans les maisons, parfois jusqu’à 10 ou 12. C’est certain qu’il y a cette inquiétude-là, mais en même temps on essaie de les rassurer. On rappelle les mesures sanitaires. Ça va quand même bien», note Isabelle Wood.

D’ailleurs, les écoles primaires et secondaires de l’endroit ont décidé de fermer leurs portes pour la semaine à venir par mesure préventive, la maison des jeunes et le CPE également.

La fatigue commence à se faire sentir chez le personnel de la santé, mais tout le monde tient le coup selon la directrice générale.

«La fatigue est présente, mais on sent surtout la solidarité. Franchement, on a une très bonne collaboration de l’ensemble des secteurs au conseil dans les circonstances. L’équipe de la santé a aussi une bonne collaboration avec le CIUSSS MCQ», indique Mme Wood.

Le centre administratif quant à lui devrait rouvrir jeudi avec des mesures de sécurité plus intenses.

«Les mesures étaient déjà en place, la distanciation, etc. C’est le port du masque qui sera désormais obligatoire. C’était le couvre-visage, mais le CIUSSS recommande le port du masque de procédure. C’est une recommandation de la CNESST aussi. On a commandé les masques et les employés sont au courant. Ce sera le maintien plus soutenu des mesures», a fait savoir Isabelle Wood.

La guérite à l’entrée de la communauté est toujours en fonction. Les sorties sont déconseillées, mais ne sont pas restreintes. Par contre, l’entrée est interdite aux visiteurs non essentiels.

«Les sorties ne sont pas restreintes, mais on demande la collaboration des membres de la communauté pour sortir seulement pour des raisons essentielles ou pour aller sur le territoire. Ce sont les entrées qui sont restreintes», conclut la directrice générale.