COVID-19: bond de 92 cas dans la région

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La Santé publique rapporte jeudi 92 nouveaux cas de COVID-19 pour l’ensemble de la région. Les villes de Trois-Rivières et de Drummondville, toutes deux en zone rouge, demeurent les deux endroits où la pandémie connaît la plus grande progression.

La Mauricie enregistre 37 nouveaux cas de COVID-19 en 24 heures, dont 24 uniquement à Trois-Rivières. Seuls secteurs de la région toujours au palier orange, Shawinigan et la MRC de Maskinongé comptent respectivement six et cinq cas supplémentaires, alors que les MRC des Chenaux et Mékinac ont un cas de plus mercredi.

Sur les 54 nouveaux cas du Centre-du-Québec, région entièrement en zone rouge, 41 ont été dépistés dans la MRC de Drummond. Toutes les autres MRC du Centre-du-Québec connaissent aussi des hausses, mais bien plus modérées.

«Heureusement, aucun nouveau décès n’est à déplorer et le nombre d’hospitalisations est à la baisse avec 21 hospitalisations, dont aucune aux soins intensifs», mentionne la Santé publique dans son bilan de jeudi.

L’augmentation des cas de jeudi porte à 489 le nombre de cas actifs en Mauricie et au Centre-du-Québec.

Apparu mercredi sur la liste des résidences pour personnes âgées touchées par une éclosion, le pavillon Gabriel à Trois-Rivières des résidences Cardinal-Roy compte maintenant quatre cas, soit deux fois plus que la veille. 

Une nouvelle éclosion est répertoriée à la résidence La Chrysalide de Bécancour. Deux cas de COVID-19 ont été dépistés à cet endroit. 

Unité de neurologie: une éclosion stabilisée, affirme la Santé publique

L’éclosion à l’unité de neurologie se stabiliserait selon la Santé publique.

On ne rapportait jeudi qu’un seul nouveau cas chez un patient. Cela porte le nombre de cas pour cette unité à 20 chez les usagers et 27 chez le personnel. 

«La situation était particulièrement préoccupante le week-end dernier. Nous avons réussi à ralentir la propagation», précise Guillaume Cliche, agent d’information au CIUSSS MCQ. 

De nombreuses mesures sont mises de l’avant, dont un dépistage systématique du personnel et des patients. «Les travailleuses sont dépistées aux trois jours », précise Guillaume Cliche. «Comme c’est un dépistage systématique du personnel, les travailleuses qui n’ont pas de symptômes peuvent demeurer en fonction.»

De plus, on apprenait jeudi que l’éclosion à l’unité de neurologie serait due à une cohabitation de patients dans une chambre pour quatre lits en soins intermédiaires. Le patient atteint de la COVID-19 aurait cohabité avec plusieurs patients de l’unité de neurologie. 

Par ailleurs, le CIUSSS MCQ mentionne que les services de la clinique externe de neurologie du CHAUR se poursuivent et «qu’ils sont tout à fait sécuritaires». 

«La clinique externe est située à un autre endroit que l’unité d’hospitalisation en neurologie où il y a actuellement une éclosion et le personnel n’est pas le même. Tous les rendez-vous sont ainsi maintenus», affirme le CIUSSS MCQ dans son bilan quotidien.