La COVID-19 continue sa progression au Québec.
La COVID-19 continue sa progression au Québec.

COVID-19: 63 nouveaux cas en Mauricie et au Centre-du-Québec

Sébastien Houle
Sébastien Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — La COVID-19 poursuit sa progression au Québec. Le nombre de cas avérés de la maladie atteint désormais 7944 à l’échelle provinciale, une hausse de 947 cas par rapport à la veille. La région compte de son côté 63 nouveaux cas, soit un total de 494 personnes ayant contracté le virus. Le nombre de décès liés à la COVID-19 se chiffre maintenant à 94 sur l’ensemble du territoire québécois, soit 19 victimes de plus que la veille, a révélé le premier ministre Legault dimanche après-midi, lors de son point de presse quotidien. Une des nouvelles victimes est originaire de Drummondville, au Centre-du-Québec, portant le triste bilan régional à huit décès.

C’est la Mauricie qui enregistre la plus forte hausse avec 61 nouveaux cas, tandis que deux personnes de plus ont reçu un diagnostic positif au Centre-du-Québec. Les travailleurs du secteur de la santé de la région continuent de payer un tribut élevé, 80 d’entre eux ayant maintenant contracté la COVID-19, sept de plus que la veille. On compte maintenant 17 hospitalisations, il y en avait 13 samedi. Enfin, huit personnes sont aux soins intensifs, soit une de plus que samedi. On notera qu’aucun cas n’a encore été recensé en Haute-Mauricie.

Le Centre-du-Québec s’en tire mieux que la Mauricie

Même si la situation évolue de manière beaucoup plus rapide en Mauricie qu’au Centre-du-Québec – 431 cas contre 63, en date du 5 avril –, la Direction de la santé publique régionale n’envisage pas de mesures plus contraignantes de déplacements entre les régions, pour le moment. «Nous encourageons évidemment l’ensemble de la population à continuer de respecter la recommandation gouvernementale de ne pas voyager entre les régions, sauf pour raison essentielle», insiste toutefois Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. 

De son côté, la mairesse de Nicolet et préfète de la MRC de Nicolet Yamaska, confie suivre la situation de près et qu’aucun scénario n’est exclu. «On n’en est pas à fermer la région ou à revendiquer et faire des pressions, mais on est préoccupé et les citoyens nous font part de leur inquiétude», indique-t-elle. Outre la progression plus rapide de la contagion en Mauricie qu’au sud du fleuve, la réouverture prochaine des chalets est une problématique à considérer, explique-t-elle.

Les points chauds de la région

Par ailleurs, la situation ne cesse de s’aggraver au CHSLD Laflèche du secteur de Grand-Mère, à Shawinigan, aux prises avec une éclosion. On y recense maintenant 78 cas, soit 10 de plus que la veille, une hausse de près de 15 %. On compte 32 employés parmi les malades. Le syndicat s’inquiétait déjà il y a quelques jours de la surcharge de travail occasionnée par les mesures pour contrer la propagation de la maladie, dans un contexte d’épuisement et de détresse psychologique généralisé parmi le personnel. Le président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec, Pascal Bastarache, déplorait que les discours de louange à l’endroit du personnel ne s’accompagne pas de gestes de concrets sur le terrain. «On est des êtres humains aussi, il y a des limites à ce qu’on peut accomplir», lançait-il.

Autre point chaud dans la région, l’usine ATrahan d’Olymel à Yamachiche compte désormais 89 cas parmi ses 1000 travailleurs, soit deux de plus que la veille. Rappelons que le syndicat des travailleurs dénonçait il y a quelques jours la gestion de crise de l’entreprise, qualifiant la réponse des dirigeants d’amatrice et d’improvisée. Bien qu’il reconnaisse que la gestion de la situation n’a «pas été parfaite», le PDG de l’entreprise, Réjean Nadeau, dans une lettre d’opinion publiée par Le Nouvelliste, se défend de telles accusations. Il en veut pour preuve la fermeture de l’usine pour une période de 14 jours, donnant l’occasion aux travailleurs de se placer en confinement. «Cela se fera avec en tête et comme priorité la santé de nos employés», soutient M. Nadeau. Les seuls cas recensés à l’usine de Yamachiche comptaient pour plus de 1 % du bilan québécois, en date de dimanche.

De manière plus encourageante, soulignons que la situation semble s’être stabilisée à la résidence Les Jardins Latourelle de Louiseville. On se souviendra que cinq résidents et trois membres du personnel y ont contracté la maladie, laissant craindre l’éclosion d’un nouveau foyer de contagion. Or, les mesures de confinement mises en place paraissent avoir porté fruit, puisqu’aucun nouveau cas n’y a été détecté depuis quelques jours.