La directrice de la santé publique et de la responsabilité populationnelle, la Dre Marie-Josée Godi.
La directrice de la santé publique et de la responsabilité populationnelle, la Dre Marie-Josée Godi.

COVID-19 : 37 nouveaux cas en Mauricie et au Centre-du-Québec

Matthieu Max-Gessler,  Initiative de journalisme local
Matthieu Max-Gessler, Initiative de journalisme local
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le nombre de cas confirmés de COVID-19 a bondi à 122 en Mauricie et au Centre-du-Québec, dimanche, soit une augmentation de 37 cas par rapport à la veille.

On compte désormais 92 cas en Mauricie et 30 au Centre-du-Québec. Dix personnes sont hospitalisées, dont la moitié se trouvent en ce moment aux soins intensifs. Aucun nouveau décès n’est venu assombrir le tableau, dimanche.

Le CIUSSS ne précise toujours pas de quelles villes ou MRC proviennent les personnes qui ont contracté la COVID-19 en raison d’une directive du ministère de la Santé et des Services sociaux, explique-t-on.

Parmi les cas qui se sont ajoutés dimanche au bilan régional, on compte quelques employés de l’usine ATrahan d’Olymel située à Yamachiche. La direction d’Olymel a indiqué dimanche que neuf de ses employés ont été testés positivement pour la COVID-19.

«Certains cas se sont confirmés aujourd’hui (dimanche). Mais il faut savoir que plusieurs employés viennent d’autres régions que la Mauricie et le Centre-du-Québec», souligne la Dre Marie-Josée Godi, directrice de la santé publique et de la responsabilité populationnelle au CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, en entrevue téléphonique.

Par ailleurs, un médecin qui travaille au CHSLD Laflèche, dans le secteur de Grand-Mère, à Shawinigan, a été testé positivement pour la COVID-19, indique le CIUSSS.Quatre autres employés et cinq résidents de l’établissement ont été diagnostiqués avec la maladie au cours de la dernière semaine. Une vingtaine d’employés avaient été placés en isolement volontaire après qu’une préposée aux bénéficiaires ait été testée positivement, le 22 mars dernier.

Dépistage à Shawinigan

Il semble par ailleurs que la directive d’élargissement des critères d’admissibilité à un test de dépistage pour la population de Shawinigan soit encore peu appliquée par le personnel de la ligne Info santé (811). Mercredi dernier, le CIUSSS annonçait que le simple fait de travailler ou de demeurer à Shawinigan permettrait aux gens qui présentent des symptômes associés à la COVID-19 de passer ce test. Or, le maire de Shawinigan, Michel Angers, indique que de nombreuses personnes lui ont dit que cette directive n’était pas appliquée, du moins, pas tout le temps.

«Des gens appellent, mais le message qu’ils reçoivent quand ils demandent à être testés, c’est non», déplore-t-il.

M. Angers ne blâme toutefois pas le CIUSSS. Il croit plutôt que la problématique vient du fait que ce sont des employés d’Info santé de partout au Québec qui répondent aux citoyens de sa ville. Le CIUSSS confirme cette hypothèse et assure travailler pour que la directive soit appliquée par l’ensemble des employés de la ligne téléphonique.

Le maire de Shawinigan presse néanmoins Québec d’élargir l’accès aux tests de dépistage, pas seulement à Shawinigan.

«Le Dr Arruda l’a dit, il faut tester, tester, tester pour briser la chaîne de transmission. Je pense qu’il serait plus que temps de passer à la deuxième étape, celle qu’entraîne la contamination communautaire. On est prêt à fermer des régions, alors je réclame qu’on soit capable d’aller de l’avant et que les infirmières aient comme consigne que tous les gens qui présentent des symptômes puissent faire le test de dépistage», lance-t-il.

Pas alarmant

Malgré l’augmentation importante du nombre de cas dans la région (+30 %), dimanche, la Dre Godi estime que cette progression n’est pas alarmante.

«On demeure dans le nombre de cas attendus. Il faut dire que beaucoup de personnes se sont fait tester et en raison du délai, quand les résultats rentrent, ça peut avoir l’effet d’un boom, mais c’est plus lent que ça en réalité», remarque-t-elle.

La directrice de la santé publique et de la responsabilité populationnelle indique également que les effets des mesures adoptées par le gouvernement québécois afin de freiner la propagation du coronavirus mettront un certain temps avant d’être ressentis.

«Un personnel absolument dévoué»

Le président-directeur général du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Carol Filion, a par ailleurs souhaité rassurer la population mauricienne et centricoise qui a un ou des parents hébergés en CHSLD et qui ne peut aller leur rendre visite. Alors que les gestes de solidarité et de soutien envers les employés du réseau de la santé se multiplient dans la région et dans la province, il a tenu à saluer le travail du personnel du CIUSSS.

«Je comprends les sentiments qu’ils peuvent vivre et je veux les assurer de notre engagement de leur fournir des soins de qualité et de la chaleur que le personnel donne à ces résidents. On travaille avec un personnel absolument dévoué, on veut les remercier et souligner cet engagement», insiste M. Filion.