1400 mordus de la course à obstacles se sont donné rendez-vous à Saint-Édouard-de-Maskinongé, samedi, pour la course Rushwood.

Course à obstacles Rushwood: encore davantage de participants

SAINT-ÉDOUARD-DE-MASKINONGÉ — Ils étaient 1400 à se lancer à la conquête de Rushwood, un parcours à obstacles digne du parcours du combattant, à Saint-Édouard-de-Maskinongé, samedi. Au programme: escalade de murs verticaux, ramper dans la boue, soulever des poids, franchir le vide à la seule force de ses bras et bien d’autres épreuves, pour amener les coureurs à dépasser leurs limites. Le tout, dans une atmosphère digne d’un camp d’entraînement militaire.

Les participants participent, peu avant leur départ, à un échauffement de type militaire. Une fois cet échauffement complété, ils se dirigent vers la ligne de départ, où les attend François Branconnier, le maître d’oeuvre de la course, qu’il a développée sur son terrain. Après un discours d’encouragement de sa part - toujours d’inspiration militaire -, les participants s’engagent sur un parcours de près de 9 km, ponctué d’une soixantaine d’obstacles.

«On sort les gens de leur zone de confort. On offre vraiment un bel événement et on y met beaucoup d’efforts. Il y a des mois et des mois de préparation derrière ça et on est vraiment content du résultat escompté», se réjouit M. Branconnier.

Force est de constater que l’événement gagne en popularité, puisque chaque année, le nombre de participants augmente. Certains participants étaient d’ailleurs venus de loin pour prendre part à ce rendez-vous.  

«Je suis venu du Saguenay, hier soir, j’ai dormi à Québec, explique Jean-Claude Duguay, quinquagénaire mordu de ce genre de course depuis cinq ans. Je suis réellement surpris par la beauté des obstacles et du site. C’est une des plus belles courses que j’ai vues à date.»

Olivier Nadeau, de Victoriaville, en était à sa deuxième participation cette année. «Je participe à beaucoup de courses durant l’été, mais Rushwood, il n’y en a aucune comparable à ça en terme d’organisation, soutient-il. Le site est malade et l’ambiance est bonne, alors on ne peut pas demander mieux!»

Le secret de ce succès? Le souci du détail et la volonté de renouveler sans cesse la formule, ne jamais s’asseoir sur ses lauriers, affirme François Branconnier.

«On aime que les gens en aient pour leur argent. On sort de nouveaux obstacles qu’on ne peut pas retrouver ailleurs, tout en s’adaptant au marché», résume-t-il.

Le site développé par M. Branconnier et son équipe a d’ailleurs hébergé deux autres courses dans le passé, dont le parcours américain Battle Frog, en juillet 2016. Le promoteur souhaite cependant désormais consacrer le site entièrement à sa propre course. Pas question cependant de préparer plusieurs éditions de la course par année: M. Branconnier tient à ce qu’elle reste un événement rare, à ne pas manquer.

«On veut créer le rendez-vous annuel de la course à obstacles, explique-t-il. D’ailleurs, les mordus et les adeptes de ce sport sont tous là aujourd’hui!»