Le candidat à la mairie Éric Lord souhaite attirer la East Coast League et les Patriotes dans le nouveau Colisée du District 55.

Course à la mairie: Éric Lord veut deux équipes pour le Colisée

TROIS-RIVIÈRES — Le nouveau Colisée du District 55 pourrait-il accueillir à la fois une équipe de la East Coast League dans la filière des Canadiens de Montréal et l’équipe des Patriotes de l’UQTR? C’est là le scénario que privilégie le candidat à la mairie de Trois-Rivières, Éric Lord, qui a fait connaître mercredi matin sa vision pour faire de cet investissement de tout près de 60 M$ un succès.

Pour Éric Lord, il apparaît évident que le scénario permettant de maximiser l’utilisation du colisée est d’établir deux équipes en résidence à l’intérieur de cet amphithéâtre de près de 4500 places. Pour s’assurer de pouvoir faire de ce plan une priorité s’il est élu à la mairie de Trois-Rivières, il a déjà entamé des discussions tant avec les Patriotes, l’organisation des Canadiens de Montréal que les actionnaires des Cataractes de Shawinigan. Éric Lord martèle en effet qu’il souhaite travailler avec Shawinigan en partenariat, et non en compétition.

«Il m’apparaît que d’avoir une équipe affiliée à la grande tradition du Canadiens de Montréal pourrait avoir un effet extrêmement attractif et stimulant pour les amateurs de hockey et permettrait de leur offrir un produit complémentaire à celui offert à Shawinigan avec les Cataractes. Il est clair pour moi que le développement de Trois-Rivières est intimement lié au développement de la Mauricie et que notre relation avec Shawinigan doit s’exprimer non pas en tant que compétiteurs mais en tant que partenaires» a-t-il souligné.

Une approche a d’ailleurs été faite auprès de Paul Wilson, vice-président aux relations publiques pour le Canadien de Montréal, qui aurait confirmé à Éric Lord que l’organisation a un intérêt pour une équipe dans la East Coast League, et que les discussions pourraient se poursuivre en prenant en considération le scénario du Colisée de Trois-Rivières. Pour y parvenir, Éric Lord entend bien s’adjoindre les services de l’ancien joueur du Canadien et Trifluvien Marc-André Bergeron, avec qui il a également eu des contacts.

«Le colisée sera ouvert en 2020, c’est demain matin. Il faut tout de suite se mettre en mouvement et c’est pour ça que j’ai contacté le Canadien pour partir ce mouvement, valider s’il y avait de l’intérêt, et il y a de l’intérêt à entamer des discussions. Et ils considèrent Marc-André Bergeron comme un interlocuteur extrêmement intéressant pour eux», mentionne-t-il.

Éric Lord soutient aussi avoir reçu un accueil favorable des Patriotes de l’UQTR, mais a préféré leur laisser le loisir de prendre position dans ce dossier. «Les Patriotes de l’UQTR ont une grande tradition d’excellence dans le monde du hockey universitaire. Ainsi, en invitant les Patriotes à élire domicile au Colisée, je souhaite ardemment que cela leur permette de prendre la place qui leur revient dans le cœur des amateurs de hockey», a ajouté le candidat à la mairie.

Par ailleurs, le plan d’affaires qu’entend établir Éric Lord, s’il est élu à la mairie, vise à faire du Colisée une plaque tournante des événements sportifs majeurs au Québec, et un complément des plateaux de diffusion en arts de la scène déjà en place à Trois-Rivières.

Garder les portes ouvertes

L’adversaire de M. Lord à la mairie, Jean-François Aubin, a tenu à réagir à la proposition entendue lors de ce premier engagement officiel du candidat à l’occasion de cette campagne. Pour M. Aubin, il apparaît prématuré de tout de suite fermer la porte à autre chose, notamment la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

«Pourquoi fermer la porte à autre chose? Je ne crois pas qu’il faut agir dans le dos de Shawinigan, mais si la proposition devait venir de Shawinigan, si Shawinigan considérait qu’une rivalité serait quelque chose de bon, il faudrait dire non à ça? Gardons ça ouvert», croit plutôt Jean-François Aubin.

Culture Mauricie

Par ailleurs, Éric Lord a confirmé au Nouvelliste, mercredi matin, qu’il entendait prendre un congé sans solde de ses fonctions de directeur général de Culture Mauricie au cours des prochains jours afin de pouvoir se consacrer entièrement à sa campagne électorale, en plus d’éviter la confusion possible avec la mission de l’organisme qu’il dirige depuis 2006. Le tout sera officialisé d’ici quelques jours, confirme celui qui s’est déjà retiré de ses autres engagements, notamment au Réseau des conseils de la culture du Québec ainsi qu’à l’organisme La Ruche, pour ne nommer que ceux-là.