Guy Cormier a remporté le trophée Pinocchio remis au meilleur menteur du Concours de Menteries de Bécancour, dimanche, à l'église du secteur Précieux-Sang. Il a également mis la main sur le prix du public pour une deuxième année de suite.

Couronnement du meilleur menteur de Bécancour

Non, ce n'est pas un poisson d'avril... Bécancour a vraiment élu son meilleur menteur, dimanche après-midi, lors de la troisième édition du Concours de menteries à l'église du secteur Précieux-Sang.
Après que huit courageux eurent raconté leur histoire abracadabrante devant une salle remplie à rebord, le jury a couronné Guy Cormier en lui remettant le trophée Pinocchio pour souligner son grand talent de... menteur. Et la foule en a remis, lui décernant le prix du public pour une deuxième année de suite. 
«C'est une bonne récolte. J'ai toujours été assez bon pour faire rire le monde. J'ai souvent fait des numéros comiques dans ma paroisse quand j'étais plus jeune. Chaque soir, en prenant ma marche, je me racontais mon histoire dans ma tête et c'est comme ça que je me suis préparé pour passer devant tout le monde», a-t-il mentionné quelques minutes après le concours.
Lors de la première édition de l'événement en 2015, des conteurs professionnels avaient été engagés et mêlés aux citoyens qui s'inscrivent au concours sur une base volontaire. Toutefois, c'est lorsque les résidents prenaient la parole que «ça levait vraiment», raconte l'animateur du concours et comédien François Poisson, qui explique que depuis cet essai infructueux, on laisse toute la place aux menteurs et menteuses locaux.
«C'est notre monde, ils parlent d'affaires qu'on connaît. Quand ils nomment des familles, il y en a qui sont assis dans la salle et c'est ça qui est l'fun
Les menteurs sont jugés sur l'originalité, l'effet de surprise du mensonge, la diction et la présence scénique.
«Leurs mensonges sont surprenants. Ils nous arrivent d'une année à l'autre avec des anecdotes qui partent de la réalité et ils tissent un mensonge autour de ça. Ils nous embourbent dans leur discours. Ils sont vraiment bons. Je sais qu'on a des bons menteurs ici», rigole M. Poisson. 
Patrimoine Bécancour, à l'origine du concours, se réjouit de la réponse de la population à l'événement qui gagne en popularité d'année en année. 
«On est très satisfait. Les gens ont encore bien répondu, analyse le président de Patrimoine Bécancour, Raymond Cormier. On a eu plus de monde que l'an passé, qui était plus achalandé que l'autre d'avant. L'église commence à être pas mal pleine.»
M. Cormier est également très heureux du résultat sur scène. «Je suis très satisfait de mes menteurs aussi. On en a vu de tous les genres, des approches différentes donc c'est l'fun dans ce temps-là.»
L'événement est assez populaire pour que déjà, les organisateurs se tournent vers la quatrième édition qui devrait tomber... le 1er avril! 
«Ce serait un beau poisson d'avril. Un concours de menteries, ça irait bien avec le 1er avril. Nous, on le fait toujours le premier dimanche d'avril, alors c'est une belle surprise que ça tombe sur cette journée», lance Raymond Cormier. 
En attendant la prochaine édition du Concours de menteries, les menteurs peuvent déjà commencer à penser à l'histoire qui détrônera Guy Cormier. «Je ne sais pas si je suis un bon menteur, mais le but c'est d'être comique et de savoir amuser les gens.»
Voilà le secret.