La coupe de la forêt de pins rouges, située le long de la route des Pins à Saint-Élie-de-Caxton, a commencé lundi. Les opérations sont visibles de la route.

Coupe de pins rouges centenaires: «une question de sécurité»

Saint-Élie-de-Caxton — Au lendemain d’un rassemblement, devant ses installations, de citoyens opposés à la coupe de pins rouges centenaires, la direction de la Ferme forestière Winchester de Saint-Élie-de-Caxton évoque des questions de sécurité pour justifier ces coupes et se défend bien de les faire par pure recherche de profits.

«Le conseil d’administration et les membres de la ferme sont tout aussi attristés de la coupe des pins rouges que les autres intervenants. Les familles, enfants et amis des membres sont tous affectés par ces opérations nécessaires», a écrit la direction de la Ferme forestière dans les premières lignes d’un communiqué de presse.

Dans ce long communiqué, la direction de la Ferme forestière Winchester explique que la tempête de verglas de novembre 2018 a lourdement endommagé les cimes de «plus de la moitié des pins rouges de la pinède».

«L’ingénieur forestier et le technicien forestier du Syndicat des Producteurs de Bois de la Mauricie sont venus faire une analyse de la forêt au printemps pour déterminer que 54 % des pins sont effectivement décapités», explique la direction de la Ferme forestière Winchester. «Vu leur âge, ces arbres ne pourront générer une repousse viable et vont mourir debout; certains le sont déjà. Avec leur hauteur, ces arbres deviennent un danger pour les personnes en dessous, que ce soit sur la route ou dans les sentiers.»

La direction des lieux affirme que la méthode de coupe appliquée est celle qui «est la plus favorable pour une récupération rapide de la forêt tout en minimisant les risques». Une coupe sélective ne serait pas, selon la direction de la Ferme forestière, une option viable à long terme et que cela fragiliserait la forêt. «Les pins rouges poussent en grappe et si on retire un arbre sur deux, il en résulte un espace plus grand pour la flexion des arbres, un risque accru de bris et d’un effet domino», mentionne la direction qui précise que tout ce processus s’est fait en collaboration des autorités et que les opérations ont été planifiées à cette période de l’année afin de ne pas nuire aux utilisateurs de cette route panoramique.

«Le mandat donné à la compagnie est de sauver tous les arbres que l’on peut et de favoriser la repousse indigène existante. Une jeune forêt bien entretenue favorise la croissance d’arbres qui convertissent plus de carbone en bois et génère plus d’oxygène qu’une forêt morte. Nous allons donc travailler avec l’ingénieur forestier afin d’étudier et de mettre un plan de reforestation qui favorisera des essences qui ramèneront la forêt le plus rapidement possible à un état proche de l’actuel. Ceci est dans l’intérêt de tous.»

Par ailleurs, la Ferme forestière soutient qu’elle a des responsabilités à l’égard de ses assureurs. «Ne rien faire à la vue d’un avis de risque de danger à la sécurité constitue une raison de poursuite personnelle face aux gestionnaires. Devant une telle réalité, le conseil d’administration préfère agir en bon père de famille et assurer la sécurité de tout un chacun», soutient également la direction dans le communiqué.

En terminant, la direction de la Ferme forestière affirme que les clients de l’endroit sont encouragés à fréquenter les commerces de Saint-Élie-de-Caxton, ce qui est bénéfique pour l’économie de la localité. Étant un organisme sans but lucratif, tous les profits de la vente du bois seront utilisés pour des rénovations aux infrastructures et à l’entretien du territoire.