Une vingtaine de Trifluviens ont répondu à l’appel lancé par Mission 100 tonnes vendredi après-midi et ont récolté 1825 livres de déchets sur les berges de la rivière Millette.

Corvée de nettoyage des berges à Trois-Rivières

Trois-Rivières — Les berges de la rivière Millette ont pu bénéficier du passage à Trois-Rivières de Mission 100 tonnes, un projet collectif «qui vise à retirer 100 tonnes de déchets des cours d’eau de la planète, en commençant par le fleuve Saint-Laurent» et qui mobilise les volontaires par le truchement des réseaux sociaux.

L’un des instigateurs du projet, Jimmy Vigneux, explique que celui-ci était à l’origine «Mission 10 tonnes». Or, devant son succès — on avait retiré 13 tonnes de déchets des rivières du Québec en quelque 75 jours — le projet a été relancé sous une forme beaucoup plus ambitieuse à l’automne 2018. Tandis que le petit groupe débarque en Mauricie, quelques mois plus tard, on en est à 40 tonnes de déchets recueillies.

C’est en faisant le tour du Canada à bord d’un brise-glace en compagnie de sa future partenaire dans le projet, Lyne Morissette, que les deux écologistes ont l’idée de faire quelque chose pour les océans. Lyne est scientifique et elle observe dans ses recherches l’impact du plastique sur la vie marine.

L’aventure de Mission 10 tonnes leur donnera à constater que les réseaux sociaux sont un puissant outil de mobilisation. La mouture actuelle du projet a fédéré plus de 6000 personnes à ce jour autour de l’initiative, indique M. Vigneux. Certains se rassemblent à l’occasion de corvées collectives, comme l’a fait la vingtaine de Trifluviens qui avaient répondu à l’appel vendredi après-midi. D’autres travaillent de leur côté, mais partagent leurs résultats au profit de la cause. «Le fait d’avoir un objectif collectif est plus motivant que de travailler tout seul dans son coin», fait valoir Jimmy Vigneux.

La petite équipe de M. Vigneux est donc arrivée à Trois-Rivières depuis la Gaspésie, vendredi en fin de journée. Des volontaires les attendaient déjà. On avait des gants, des sceaux, des pinces pour ramasser des déchets et des sacs pour tout le monde, de même que tout le matériel audiovisuel nécessaire pour immortaliser le moment.

Le groupe est hyperactif sur les réseaux sociaux. Si l’on nettoie, on sensibilise aussi beaucoup. Jimmy Vigneux dit croire que c’est collectivement que nous allons relever le défi environnemental et qu’il faut cesser d’attendre que le mouvement vienne des gouvernements. «Les politiciens s’ajustent en fonction des intérêts de la population», soutient-il.

L’escouade a donc longé les berges de la rivière Millette, dans une atmosphère de camaraderie, et avait récolté quelque 1825 livres de déchets en deux petites heures. Le tout relayé de façon quasi instantanée sur les réseaux sociaux.

L’équipée a remballé son matériel en direction de Drummondville, puis de Sherbrooke. En tout, la tournée passera par 21 villes du Québec. Si le projet bénéficie de l’appui de commanditaires, la démarche demeure bénévole. M. Veigneux ne sait pas encore ce qu’il fera quand l’objectif aura été atteint. Il souligne toutefois que c’est par millions que les tonnes de déchets s’accumulent dans les cours d’eau du monde.

On peut suivre l’évolution du projet sur la page Facebook de Mission 100 tonnes www.facebook.com/mission100tonnes/