L'annonce a été faite vendredi matin à Trois-Rivières par Julie Boulet, Véronyque Tremblay et Luc Fortin.

Correction de la 155 au km 107

Après certaines améliorations au niveau de la signalisation et de la vitesse, la route 155 sera corrigée à la hauteur du fameux kilomètre 107, une courbe devenue mortelle le 4 janvier 2017 avec le décès d’une mère et sa fille.

C’est ce qu’a fait savoir, vendredi, la ministre régionale Julie Boulet en dévoilant la programmation routière 2018-2020. Au cours des deux prochaines années, le gouvernement du Québec investira 167 159 000 $ sur le réseau routier de la Mauricie.

On se rappellera que Stéphanie Deschamps, 38 ans, et sa fille âgée de 10 ans, Lexann Montpetit, avaient perdu la vie dans un accident de la route. «Il y a eu des choses qui ont été faites, on a harmonisé la vitesse avec l’ensemble du tronçon, on a diminué la vitesse à cet endroit, on a mis des panneaux, des indicateurs de vitesse ainsi que des chevrons pour indiquer que c’était une courbe qui était plus dangereuse», a d’abord rappelé la députée de Laviolette.

Or, le projet annoncé vise l’adoucissement de la courbe et l’abaissement de la pente. Et selon elle, tout est mis en œuvre pour amorcer les travaux préparatoires à court terme, soit le déboisement et le déplacement des services publics.

«On est à la période des expropriations. Les gens ont déjà été rencontrés, la première étape est franchie. Cet été, il va rester à faire le déplacement des utilités publiques. Ça devrait être fait. Et si on est capable d’intervenir dès cette année sur le terrain physiquement, on va le faire. Il y a des étapes préliminaires qui doivent être franchies avant qu’on débarque sur le terrain, mais si c’est possible de le faire, on le fera. On est en discussion actuellement avec le ministère des Transports», a-t-elle précisé en point de presse.

Celle-ci reconnaît qu’il reste encore des endroits «plus critiques» sur la route 155, d’où l’aménagement prochain d’une voie de virage à l’intersection du chemin de l’Église à La Tuque et la reconstruction de la route en cours à Saint-Roch-de-Mékinac qui, dans ce dernier cas, s’élève à près de neuf millions de dollars.

«Sur la 155, il y a eu 200 millions de dollars investis au cours des 15 dernières années. Oui, cela a déjà été l’une des routes où il y avait un grand taux d’accident. Maintenant, avec les années, ça s’est amélioré grandement. On a fait des voies de dépassement, on a diminué les courbes, on a fait beaucoup d’interventions, on a amélioré la surface de roulement. Je pense que ça s’améliore», affirme Julie Boulet.

Par exemple, «on a fait une voie de contournement pour la ville de La Tuque parce qu’il y avait beaucoup de camions lourds qui passaient en plein cœur de la ville». «Le ministère a toujours été très attentif et très à l’écoute, et la notion de sécurité sur cette route-là a toujours été priorisée en termes d’interventions», ajoute la ministre du Tourisme.

Outre ces interventions visant à réduire le risque ou la gravité des accidents de la route, le gouvernement posera des gestes concrets pour entretenir «l’actif que constituent nos infrastructures», que ce soit en réparant ou en remplaçant des ponts, des ponceaux ou par le scellement de fissures ou le rehaussement d’accotements par l’ajout de gravier.

En vue de préserver l’infrastructure, des travaux visant notamment la réparation de la dalle et des poutres et la reconstruction de la glissière médiane sont prévus au pont d’étagement enjambant l’autoroute 40 sur la route 157 (boulevard Thibeau), à Trois-Rivières.

D’autres interventions sur le réseau viseront à assurer aux familles qui y circulent un roulement plus confortable, notamment par des travaux d’asphaltage de tout type, mais aussi par la reconstruction de la fondation d’une route.

À titre d’exemple, mentionnons la réfection de la route 153, à Hérouxville, entre l’avenue Saint-Georges et la limite de Saint-Tite, et l’asphaltage de la route 153 à Saint-Boniface, de l’autoroute 55 à la côte Houle. Notons aussi l’asphaltage de l’autoroute 40 sur plus de 75 km, ainsi que de l’autoroute 55 sur près de 45 km.

Par ailleurs, plusieurs projets visent à améliorer la qualité de vie. Soulignons notamment le projet mené de concert avec la Ville de Louiseville, visant la reconstruction de la chaussée de l’avenue Dalcourt, entre les routes 348 et 349. Au terme du projet, la circulation lourde pourra être dirigée sur l’avenue Dalcourt de façon à dégager le centre-ville de Louiseville au bénéfice des citoyens.

De plus, cette programmation compte plusieurs initiatives qui outilleront les régions afin de maximiser leur potentiel de développement économique. C’est le cas de la reconstruction du pont de la route 159, situé au-dessus de la rivière Batiscan à Saint-Stanislas. Ce projet préservera l’infrastructure et accroîtra la fonctionnalité de ce lien stratégique pour différents usages, notamment le déplacement quotidien des travailleurs, le transport scolaire et le camionnage.

La reconstruction du pont Trudel, au-dessus de la rivière Saint-Maurice, sur la route 157 à Shawinigan, s’avère aussi un bon exemple. Celui-ci, en plus d’intégrer l’aménagement d’une piste polyvalente pour favoriser la circulation des cyclistes et des piétons, permettra de maintenir un lien essentiel pour l’économie régionale.

4,8 milliards $ seront investis au Québec 

Le gouvernement du Québec investira plus de 4,8 milliards de dollars sur le réseau routier québécois entre 2018 et 2020. Le ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports, André Fortin, et la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, ont annoncé vendredi à Trois-Rivières les grandes lignes de ces investissements majeurs. 

Cette enveloppe représente une augmentation de 200 millions par rapport aux investissements de 2017-2019. Cela permettra la réalisation de 2119 chantiers et la création ou le maintien de 31 661 emplois. Pour la Mauricie, on parle de 113 chantiers et la création ou le maintien de 1093 emplois.