Yvon Bourassa veut acheminer un maximum de produits de protection médicale en Chine pour aider les hôpitaux de Wuhan.
Yvon Bourassa veut acheminer un maximum de produits de protection médicale en Chine pour aider les hôpitaux de Wuhan.

Coronavirus: Yvon Bourassa lance un appel à tous

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — L’homme d’affaires trifluvien Yvon Bourassa lance un appel à tous les fournisseurs du Québec pouvant lui vendre des masques N95 homologués Niosh, des combinaisons protectrices avec cagoule, des lunettes à coque fermée ainsi que des thermomètres numériques sans contact.

Comme le racontait Le Nouvelliste il y a quelques jours, cet ancien travailleur de la centrale nucléaire Gentilly-2 est marié à une Chinoise et il a donc de la famille dans ce pays, dont sa belle-sœur qui est professeure d’université et qui fait partie d’un groupe de professeurs et d’employés du gouvernement chinois qui a décidé de faire des dons en argent afin d’acheter du matériel médical et de protection qui sera distribué aux hôpitaux de leur ville, Wuhan.

M. Bourassa et son épouse se sont portés volontaires pour acheter, au Québec, et envoyer en Chine un maximum de produits à l’aide du financement de ce groupe.

Depuis, le couple écrème tous les endroits susceptibles de pouvoir vendre ce type de produits.

_________________________________

À LIRE AUSSI:

Rapatriement des Canadiens de la Chine: un Trifluvien passe son tour

_________________________________

La semaine dernière, il a pu expédier en Chine pour quelque 40 000 $ de matériel. Depuis le début de cette semaine, c’est une valeur de 100 000 $ de produits qui ont quitté le Québec en direction de Wuhan où l’on est en rupture de stock dans le contexte du coronavirus qui frappe le pays, raconte-t-il.

Mise à part la rareté croissante des articles médicaux qu’il essaie de glaner ici et là au Québec pour envoyer là-bas, M. Bourassa se heurte maintenant à de sérieux problèmes de transport. La semaine dernière, par exemple, il lui a fallu payer 20 000 $ pour expédier des produits totalisant une valeur de quelque 30 000 $.

M. Bourassa raconte qu’il n’y a plus de vols directs d’Air Canada ou d’Air China pouvant assumer ce transport.

Le couple s’est tourné vers la compagnie aérienne Cathay Pacific pour expédier la marchandise, mais il faut compter plusieurs jours avant qu’elle n’arrive à destination puisqu’une partie du transport doit se faire par voie terrestre.

Le couple est prêt à acheter rapidement des masques, combinaisons, lunettes à coque et thermomètre à infrarouge. On peut le contacter à l’adresse courriel de son épouse: marilynyun@hotmail.com.