Une personne a été placée en quarantaine à Trois-Rivières en attendant le résultat d’analyses pour savoir si elle est atteinte du COVID-19.
Une personne a été placée en quarantaine à Trois-Rivières en attendant le résultat d’analyses pour savoir si elle est atteinte du COVID-19.

Coronavirus à Trois-Rivières: le syndicat des infirmières est à l’affût

TROIS-RIVIÈRES — La possibilité qu’une personne de la région ait contracté le COVID-19 causé par le coronavirus doit-elle inquiéter les travailleurs du domaine de la santé? À priori, non, estime le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie (SPS-FIQ), puisque des mesures de prévention sont déjà appliquées afin d’éviter la propagation des virus saisonniers. Ce qui ne l’empêche pas de rester à l’affût de l’évolution de la situation.

«Pour le moment, les mesures de protection sont en place, mais nous surveillons les annonces de cas possibles en région. Évidemment qu’un cas positif pourrait nous inquiéter, mais les mesures universelles de prévention sont appliquées en tout temps au même titre qu’un virus respiratoire. C’est clair que ce que tous redoutent plus, ce sont les impacts en cas de transmission, autant pour nos membres que pour la population. Habituellement, le nombre de cas de grippe diminue à cette période, mais nous surveillons l’impact de ce nouveau virus», explique Nathalie Perron, présidente du SPS-FIQ.

Rappelons que samedi, Radio-Canada a rapporté qu’une personne de Trois-Rivières qui aurait pu contracter le virus serait en quarantaine en attendant de recevoir des résultats d’analyses en laboratoire. Ceux-ci devraient déterminer si elle est atteinte ou non du COVID-19.

Le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec n’a pas confirmé la mise en quarantaine d’une personne, ni si des prélèvements ont été envoyés en laboratoire. Mme Perron indique pour sa part ne pas savoir si c’est bel et bien le cas.

Le CIUSSS MCQ indique de son côté avoir reçu comme directive d’examiner chaque cas pouvant s’apparenter au coronavirus. On assure que le public sera averti si un cas se confirmait dans la région.

Le CIUSSS invite par ailleurs tout voyageur revenant au Canada et qui aurait été en contact avec un cas de COVID-19 et développerait des symptômes à communiquer avec la ligne Info-Santé, au 811. Ces personnes seront ensuite dirigées vers un centre hospitalier et les mesures de prévention requises seront appliquées.

«Les professionnels au 811 vont leur dire d’aviser le personnel du centre hospitalier à leur arrivée de la possibilité qu’elles aient été exposées au coronavirus. Dès son arrivée, la personne sera placée dans une salle prévue à cet effet et des mesures seront prises pour assurer la sécurité du personnel», explique Geneviève Jauron, porte-parole du CIUSSS MCQ.

Rappelons que vendredi, un premier cas de coronavirus a été confirmé au Québec. Sur son site internet, le ministère de la Santé indique que près de 140 analyses avaient été menées en date du 1er mars et que 10 personnes étaient sous investigation. On ne relève toutefois aucun cas probable en attente de confirmation.

Pour les cas possibles au Québec, les prélèvements recueillis auprès des patients sont d’abord envoyés au Laboratoire de santé publique pour des tests préliminaires. Ce sont toutefois les tests menés au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg, au Manitoba, qui confirmeront les cas de COVID-19 au pays.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux définit le COVID-19 comme une pneumonie atypique. Les principaux symptômes de cette maladie sont de la fièvre et de la toux, quelques cas de difficultés respiratoires et des radiographies thoraciques montrant des infiltrats pneumoniques invasifs dans les deux poumons. «Les renseignements sur le spectre complet de la maladie ne sont pas encore disponibles», précise toutefois le ministère.

Malgré l’apparition d’un cas au Québec, le ministère considère que le risque de transmission de la maladie dans la communauté est faible, et ce, même si d’autres cas devaient se déclarer dans la province.