Le grand chef du CNA, Constant Awashish.

Constant Awashish: «C’est comme un couteau dans le dos»

LA TUQUE — Le chef du Conseil de la nation atikamekw (CNA), Constant Awashish, a avoué qu’il n’avait pas vu venir une telle décision de la part du Conseil d’Opitciwan. Il redoute maintenant qu’il y ait des répercussions pour l’unité de la nation et les négociations en cours.

«Je savais qu’il y avait des discussions et des doutes en lien avec ça du côté d’Opitciwan, mais on n’a pas été informé de cette démarche-là, pas du tout. […] C’est comme un couteau dans le dos», a commenté le grand chef.

«Ça va ralentir les choses, c’est certain qu’il va y avoir une période d’incertitude», ajoute Constant Awashish.

Ce dernier n’est pas sans rappeler qu’il va falloir plusieurs années et plusieurs millions de dollars avant d’aller au bout de cette bataille. Pour le CNA, il faudra d’abord et avant tout évaluer les impacts de ce «coup d’éclat».

«Je reste quand même positif par rapport à ça, on va analyser les choses et on prendra le temps de bien réfléchir pour minimiser les impacts sur notre population qui a besoin de beaucoup de ressources et de services», a lancé Constant Awashish.

«On va collaborer avec les conseils pour trouver un terrain d’entente. On veut s’assurer qu’il y ait un avenir plus certain pour les membres de la communauté atikamekw», a-t-il lancé.

Le grand chef assure toutefois que depuis trois ans, les négociations se déroulaient bien et que les rencontres étaient plus fréquentes entre les parties.

«C’est certain qu’il reste encore plusieurs choses à régler, mais il n’y a rien de parfait. Ça fait partie de la négociation», a-t-il indiqué.

Lors de l’entrevue avec Le Nouvelliste, Constant Awashish avait eu l’occasion de discuter avec des dirigeants de la communauté de Manawan seulement. «Les dirigeants à qui j’ai parlé ont indiqué que pour leur part ils allaient continuer. On va continuer à faire notre travail», a conclu le grand chef.