Les nouveaux compteurs intelligents d'Hydro-Québec ont commencé à faire leur entrée au Centre-du-Québec et sont prévus pour cet automne en Mauricie.

Compteurs intelligents: Bécancour demande l'abolition des frais d'installation

La Ville de Bécancour est devenue la première municipalité de la région, lundi, à demander à Hydro-Québec la gratuité du droit de retrait pour les personnes qui refusent l'installation des fameux compteurs intelligents tandis que deux autres municipalités, Saint-Alexis-des-Monts (ce mois-ci) et Saint-Mathieu-du-Parc (en 2012) demandent plutôt un moratoire sur l'installation de ces compteurs de nouvelle génération.
Le conseil municipal de Bécancour, lui, a préféré ne pas s'impliquer dans la question d'un moratoire explique le maire, Jean-Guy Dubois.
«On laisse le libre choix aux gens de décider ce qu'ils veulent. On n'est pas en mesure d'évaluer si ces bibittes-là sont dangereuses pour la santé humaine. Je sais ce que je lis, mais est-ce que c'est vrai? On dit donc, dans le doute, abstiens-toi», explique le maire. «On reçoit de l'information dans ce domaine-là et on n'est pas des spécialistes. On est soumis à un paquet d'informations qu'on n'est pas en mesure d'évaluer, comme dans bien d'autres domaines, comme le (gaz de) schiste», fait valoir le maire.
«Certains vont jusqu'au moratoire, mais nous, on trouve que c'est lourd un peu», ajoute M. Dubois.
Le directeur général de la Ville, Gaston Bélanger, explique que l'initiative de la Ville a été prise à la demande d'un groupe de citoyens. Le point était à l'ordre du jour du conseil municipal, hier soir.
«On dit à Hydro-Québec, s'il-vous-plaît, laissez-les garder leur vieux compteur. Ils vont déjà payer pour leur lecture, ils vont déjà avoir une certaine pénalité pour ne pas embarquer dans le système et ça ne fait de mal à personne, ça. Tu peux garder ta vieille dactylo à boule si tu veux. C'est toi qui vis avec ça», plaide le maire.
À Hydro-Québec, toutefois, le service des communications nous réfère à la page Web de la société d'État où il est expliqué que l'installation des nouveaux compteurs est gratuite pour les propriétaires qui n'entendent pas se prévaloir de leur droit de retrait.
Toutefois, ceux qui veulent se prévaloir de leur droit de retrait doivent payer 98 $ en plus de frais de 206 $ par année pour la lecture manuelle des compteurs.
C'est qu'il faut changer le compteur même s'il n'est pas remplacé par un compteur de nouvelle génération.
Les compteurs électromécaniques avec disque tournant et cadrans ne sont plus fabriqués depuis 2010. Près de la moitié des compteurs du parc d'Hydro-Québec ont plus de 25 ans et arrivent à la fin de leur vie utile. «La décision de les remplacer n'est donc pas un choix, mais une nécessité», fait valoir Hydro-Québec.
Cela n'explique pas pour autant la raison pour laquelle il faut payer 98 $ pour se prévaloir d'un droit de retrait et faire remplacer son vieux compteur par un compteur plus récent, mais à lecture manuelle.
Selon la Coalition québécoise de lutte contre la pollution électromagnétique, en date du 15 août, 82 municipalités du Québec et trois MRC ont demandé à la fois un moratoire sur l'installation des compteurs et la gratuité du droit de retrait. Elles sont 25 à avoir demandé la gratuité du droit de retrait.
Saint-Alexis-des-Monts a elle aussi adopté sa résolution à la suite de la demande d'un groupe citoyens, indique le secrétaire-trésorier, Gilles Frappier.
Rappelons que l'installation des compteurs intelligents, qui suscite de nombreux débats pour des questions de santé, s'amorcera cet automne en Mauricie et les travaux de remplacement sont déjà amorcés au Centre-du-Québec.