Collectif pour un Québec sans pauvreté: quatre arrêts en Mauricie

Trois-Rivières — Dans le cadre de la démarche Rassemblons un Québec riche de tout son monde, le Collectif pour un Québec sans pauvreté sera de passage en Mauricie dans le courant de la semaine du 11 novembre. Il y animera quatre ateliers pour essayer de mieux comprendre les enjeux de pauvreté et d’exclusion sociale propres à la région.

Cette visite en Mauricie est organisée par le Regroupement des organismes d’éducation populaire autonome de la Mauricie, qui est membre du Collectif et regroupe lui-même 20 organisations.

La première rencontre aura lieu le 11 novembre, à 13 h, à Sainte-Geneviève-de-Batiscan, en collaboration avec le Mouvement d’Action Solidaire des Sans-Emploi des Chenaux. Le lendemain, la tournée se déplace à Shawinigan, dès 9 h, avec, comme organisme partenaire, le Regroupement pour la Défense des Droits Sociaux.

Le 13 novembre, ce sera au tour de Trois-Rivières de recevoir l’atelier, sous le coup de 9 h, et ce, grâce à l’implication du Centre d’organisation mauricien de services et d’éducation populaire. Et le lendemain, la consultation se termine à La Tuque, également à 9 h, avec la participation du Comité pour la défense des droits sociaux La Tuque.

Et selon le coordonnateur du Regroupement, Marc Benoît, la pauvreté est un phénomène qui frappe «très durement» la Mauricie. Et selon la Direction régionale de la santé publique, il existe un écart de sept ans d’espérance de vie entre les hommes vivant dans les communautés de la Mauricie très défavorisées par rapport à ceux qu’on retrouve dans les communautés très favorisées. «La pauvreté a indéniablement un prix et ce sont les personnes appauvries qui en paient le fort prix», ajoute M. Benoît.

Les quatre jours de consultation en Mauricie sont une étape importante d’une consultation nationale menée par le Collectif afin de mieux saisir la réalité des personnes en situation de pauvreté des différentes régions du Québec. Concrètement, le Collectif cherche à savoir quelles sont les différentes formes d’exclusion sociale vécues par les personnes en situation de pauvreté et ce qui permettrait à ces personnes de dire qu’elles sont sorties de la pauvreté.

«Pour le Collectif, un des objectifs de la consultation est de mettre à jour son discours, ses pratiques et peut-être même ses revendications pour mieux porter et défendre la voix des personnes en situation de pauvreté. Après 20 ans d’existence, nous sentions le besoin de partir à la rencontre des personnes en situation de pauvreté. Nous voulons les écouter pour mieux comprendre ce qu’elles vivent et ce qu’elles ont à proposer pour améliorer leurs conditions de vie», explique la porte-parole du Collectif, Virginie Larivière.