Si le projet de colisée devait être revu, il faudrait sans doute rebaptiser la rue du Colisée, qui a déjà été nommée au District 55.

Colisée: inquiétude au District 55

Trois-Rivières — La récente sortie de plusieurs nouveaux conseillers municipaux indiquant qu’ils n’étaient pas fermés à revoir l’ensemble du projet de construction du colisée au District 55 inquiète au plus haut point les promoteurs du développement.
Le chantier du futur hôtel Holiday Inn va bon train, mais d’autres projets pourraient être retardés ou complètement annulés si le colisée n’est pas bâti au District 55.
Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin.

Selon le Groupe Robin, si la Ville de Trois-Rivières devait renoncer à la construction du colisée dans ce développement commercial et résidentiel, ça deviendrait très problématique pour l’ensemble du projet.

«Ce serait une douche froide pour nous», indique d’emblée Jonathan Robin, vice-président du Groupe Robin. Ce dernier explique notamment qu’à l’heure actuelle, plusieurs ententes ont été conclues avec des partenaires, des commerces pour la plupart, prêts à venir s’installer au District 55, mais que toutes ces ententes sont liées à la construction future du colisée.

Rappelons qu’au lendemain de l’élection municipale, l’arrivée en poste de sept nouveaux conseillers municipaux à Trois-Rivières a ramené le dossier du colisée sur le tapis, alors que les soumissions des entrepreneurs préqualifiés pour réaliser le projet seront ouvertes le 24 novembre prochain. 

Certains conseillers nouvellement élus ont indiqué clairement avoir l’intention de poser des questions dans ce dossier, quitte à le réévaluer dans son ensemble, à la lumière des informations dévoilées durant la campagne électorale, dont celle voulant qu’on pourrait réduire le nombre de sièges afin de respecter l’enveloppe budgétaire du projet, en plus de l’existence d’études permettant d’évaluer les coûts de rénovation de l’ancien colisée.

À ce compte, certains conseillers, dont Denis Roy et Valérie Renaud-Martin, sont d’avis que toutes les options devraient être réévaluées, dont celle de rénover le colisée existant, afin de s’assurer que la population en aura pour son argent.

«On suit ça de très près et oui, ça nous inquiète énormément. Nous avons des discussions avec des groupes, mais qui sont conditionnelles au colisée. Ce sont aussi des projets que nous attendons de pouvoir arrimer avec la construction du colisée. Si le colisée devait ne plus se faire, ça ne serait pas drôle. En tout cas ce n’est certainement pas un bon message à envoyer à tous ceux qui envisagent de s’installer chez nous», soutient Jonathan Robin.

Le promoteur confirme d’ailleurs avoir reçu plusieurs appels cette semaine de la part de partenaires du projet de développement du District 55 qui se questionnaient sur la suite des choses, après avoir lu les commentaires des conseillers municipaux élus.

 «Nous sommes convaincus qu’une fois que le projet leur aura été expliqué dans les détails, ils verront eux aussi sa viabilité et son positionnement stratégique. Mais en attendant, ça inquiète nos partenaires qui ne sont peut-être pas tellement au courant du contexte politique», constate Jonathan Robin.

Le développement du District 55 se poursuit donc, malgré la lenteur amenée par certaines variables, dont la première pelletée de terre qui devait avoir lieu au début de l’automne mais qui a été retardée par certains reports de l’ouverture des soumissions des entrepreneurs préqualifiés. 

Le boulevard des Athlètes doit également bientôt se compléter et déboucher vers le boulevard Jean-XXIII, avant quoi il faut régler certains détails pour le chemin de fer. Finalement, le ministère des Affaires municipales tarde à émettre les certificats d’autorisation pour la construction résidentielle dans ce développement. 

«Ce sont des détails qui font que ça risque de débloquer tout en même temps. Le District 55 est ce genre de projet qui va se développer à très grande vitesse d’un seul coup. Mais pour le moment, certains partenaires sont encore dans une mentalité d’attendre en se disant: quand ça va creuser, on y croira», évoque Jonathan Robin.

Subvention

Le député de Maskinongé, Marc H. Plante, confirme que la subvention rattachée au projet de construction du colisée au District 55 est toujours disponible, et n’est pas forcément liée à une date limite pour la réalisation du projet. 

«Il n’y a pas de date d’échéance. Il faut toutefois se rappeler que ce que nous avons subventionné, c’est un projet d’envergure majeure, d’envergure régionale, à la hauteur de 50 % pour un maximum de 26,8 M$», rappelle Marc H. Plante.

Ainsi, le gouvernement ne pourrait pas continuer de rattacher cette subvention au projet s’il devait subir des transformations majeures. La diminution du nombre de sièges ne poserait cependant pas problème, confirme le député.

«Si l’aréna devait passer de 5000 à 4000 sièges par exemple, ce serait une modification mineure pour nous. Mais on ne pourrait pas maintenir la subvention pour la rénovation du colisée existant. Il faudrait alors refaire une autre demande dans le cadre d’autres programmes», rappelle-t-il.

Marc H. Plante est en outre d’avis qu’un des principaux indicateurs de l’intérêt de la population pour ce projet a été la signature du registre pour le règlement d’emprunt. 

«La population a pu se prononcer en allant signer le registre et il n’y a pas eu assez de signatures pour bloquer le règlement d’emprunt. Je pense que c’est aussi un bon indicateur de l’intérêt de la population», convient M. Plante.