Les problèmes économiques sérieux occasionnés par la pandémie font en sorte qu’un enfant sur trois, au lieu d’un enfant sur quatre, arrivera le ventre vide à l’école, prévoit le Club des petits déjeuners.
Les problèmes économiques sérieux occasionnés par la pandémie font en sorte qu’un enfant sur trois, au lieu d’un enfant sur quatre, arrivera le ventre vide à l’école, prévoit le Club des petits déjeuners.

Club des petits déjeuners: plus d’enfants à nourrir en temps de pandémie

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — La rentrée automnale ne représente pas un défi que pour les écoles, cette année. Le Club des petits déjeuners, qui œuvre dans de très nombreuses écoles de la région, est lui aussi affecté par la pandémie, et ce, de plusieurs façons.

Cette année, plus question de cuisiner des œufs ou de faire griller des tranches de pain comme on le faisait au sous-sol de l’école Immaculée-Conception de Shawinigan, par exemple, pour une cinquantaine d’enfants qui se regroupaient dès 7 h 15 le matin. Les déjeuners seront froids, préemballés et dégustés en classe.

Il y aura également plus de bouches à nourrir. Les problèmes économiques sérieux occasionnés par la pandémie font en sorte qu’un enfant sur trois, au lieu d’un enfant sur quatre, arrivera le ventre vide à l’école, prévoit l’organisme qui vient de lancer une campagne de financement pour la rentrée scolaire.

Le Club a toujours l’intention de fournir des aliments provenant de tous les groupes alimentaires aux jeunes écoliers qui en font la demande. Rien ne sera cuisiné sur place, toutefois. «Des bacs seront apportés dans les classes et ce seront tous des aliments préemballés en portions individuelles pour éviter la manipulation», explique Justine Plourde, porte-parole du Club. «Cette année, on a ramené ça à des yogourts, des tranches de pain, des muffins, des fruits et des légumes, du fromage», illustre-t-elle. «On ne fait pas de compromis», assure-t-elle.

Cette méthode réduit le nombre de bénévoles, dit-elle et «permet d’éviter que trop de gens se promènent dans l’école».

En Mauricie, 19 écoles accueillent le programme, ce qui représente 1346 enfants tandis qu’on en compte 8 au Centre-du-Québec, soit 849 enfants.

Cette année, les déjeuners commenceront deux semaines à l’avance, indique Claudine Dessureault, conseillère à l’accompagnement des programmes au Club des petits déjeuners.

Selon les écoles, les bacs de nourriture seront apportés dans les classes, soit par des membres du personnel ou un bénévole.

Cette façon de faire était déjà appliquée dans certaines écoles, explique Mme Plourde.

Pour éviter la discrimination dans les classes, le Club des petits déjeuners a toujours invité tous les enfants à s’inscrire pour éviter que certains se sentent mal à l’aise ou différents.

Mme Dessureault se dit heureuse que les écoles redémarrent leurs activités, car «des écoles en opération, ça égale le ventre plein», dit-elle «et une accessibilité à ces enfants-là».

«Si les enfants étaient restés à la maison, ça aurait été plus difficile», fait-elle valoir.

«On a proposé aux écoles une formule adaptée pour s’assurer qu’on rejoigne les enfants», dit-elle, une formule qui respecte les consignes de la Santé publique. «Ça peut être pris en charge par une personne. Ça demande peu de manipulation», dit-elle.

Dans la région, cette formule a déjà été testée avec succès en classe en mai dernier, lors du retour à l’école des écoles primaires, indique Mme Dessureault.

Dans le concret, les enfants recevront leur déjeuner à leur pupitre dès que la cloche sonnera. La formule existe depuis longtemps. Un sondage révèle que les élèves prennent en moyenne 13 minutes pour avaler leur petit déjeuner.

«Ça se fait durant la routine du matin. On défait notre sac, on prend un livre. Cette période tampon là est déjà présente dans les écoles», indique Mme Dessureault.

Pour faire un don au Club des Petits déjeuners, on peut se rendre sur le site web www.breakfastclubcanada.org, ou faire le #20222 ou encore participer à la campagne qui se déroulera chez Bureau en gros et chez Walmart.

À lire également: