L'urgence du centre Cloutier-du Rivage sera fermée à compter de 16h pour la période estivale.

Cloutier-du Rivage: fermeture partielle de l’urgence cet été

TROIS-RIVIÈRES — L’urgence du centre Cloutier-du Rivage sera une nouvelle fois fermée partiellement durant la période estivale et ce, à compter du 21 juin prochain. Alors que l’urgence dessert présentement la population du secteur Cap-de-la-Madeleine de 8h à 22h quotidiennement, ces heures seront réduites entre 8h et 16h durant la période estivale.

Le personnel du centre a été rencontré en après-midi vendredi afin d’expliquer les différentes mesures qui seront mises en place.

Selon Guillaume Cliche, responsable des communications au CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec, il s’agirait une nouvelle fois d’un manque de couverture médicale pour expliquer cette fermeture partielle. Selon nos informations, jusqu’à tout récemment, les plages horaires du centre avaient été comblées pour la période estivale. Or, des manques dans d’autres établissements de la région auraient décidé les autorités à déplacer les ressources médicales de cette urgence vers d’autres points de service afin de combler les manques, ce qui expliquerait la réduction des heures d’ouverture. 

«Les médecins couvrent plus d’une installation. Il faut voir à couvrir l’essentiel des urgences de la Mauricie. C’est la problématique régionale beaucoup plus que locale qui a fait que la découverture était devenue inévitable», mentionne M. Cliche.

La problématique de couverture médicale au centre Cloutier-du Rivage n’est pas nouvelle et la question de la fermeture partielle en période estivale revient pratiquement annuellement dans l’actualité. En 2017, le CIUSSS-MCQ avait été forcé de prendre cette décision également, mais pour une fermeture de l’urgence à 18 h les soirs durant la période estivale. En 2018, un plan de contingence a dû être déployé à au moins une reprise pendant quelques jours en raison d’une découverture temporaire durant la période estivale. «Ce sont les défis de disponibilité d’effectifs médicaux qu’on vit depuis quelques années. Il y a deux ans, on a été forcé de faire la même démarche. Ça devenait impossible de maintenir ça pour Cloutier en soirée cette année», ajoute M. Cliche. 

Notons toutefois que des services infirmiers seront dispensés de 16 h à 20 h durant cette période, et que les patients qui se présenteront dans cette urgence pourront être évalués, que certaines interventions qui peuvent être pratiquées par des infirmières seront pratiquées. Au besoin, le personnel en place pourra également référer les patients vers d’autres ressources, souligne M. Cliche. 

Par ailleurs, le CIUSSS rappelle que les patients qui ont un médecin de famille doivent d’abord s’adresser à leur médecin de famille pour obtenir une consultation médicale lorsqu’il s’agit d’urgences de niveau P4 ou P5. Dans le cas où il n’y aurait pas de disponibilité auprès du médecin de famille, ou si le patient n’a pas de médecin, la super-clinique Du Carmel offre également des plages horaires de sans rendez-vous même pour les patients qui n’ont pas de dossier dans cette clinique médicale. Finalement, les autres urgences de la région demeurent également accessibles, rappelle Guillaume Cliche.

Réactions

Les différents syndicats du CIUSSS se sont évidemment montrés déçus et inquiets de cette annonce. «C’est encore une fois la clientèle du secteur Cap-de-la-Madeleine qui va écoper. On semble nous faire la même annonce chaque année depuis une décennie. Mais la population du Cap a besoin de services, alors qu’on sait que c’est en partie une population qui est appauvrie», déplore Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers Mauricie et Centre-du-Québec. 

Même son de cloche du côté de la Fédération des infirmières du Québec (FIQ). «C’est une autre preuve que les services s’effritent, quand on constate que l’on découvre certaines urgences pour permettre d’en couvrir d’autres. Ça fait dix ans que c’est récurrent à Cloutier-du Rivage. Ce qui est préoccupant, c’est que dans le secteur du bas du Cap, les gens n’ont pas d’autres endroits à proximité où ils peuvent avoir une consultation sans rendez-vous. Ils doivent se déplacer sur une bonne distance pour y avoir accès», déplore Nathalie Perron, présidente du syndicat, qui rappelle que ce secteur compte aussi sur une population plus vieillissante et parfois en situation de pauvreté. Selon elle, l’urgence de Cloutier-du Rivage peut recevoir entre 50 et 60 visiteurs par jour, sept jours sur sept.

Du côté de la députée de Champlain et ministre Sonia LeBel, il n’a pas été possible d’obtenir de réaction vendredi. L’attachée de presse de la députée a indiqué au Nouvelliste que la ministre venait tout juste d’être informée de la nouvelle, et qu’elle allait prendre connaissance du dossier en profondeur avant de commenter, possiblement la semaine prochaine.