Le conseiller du district des Montagnes, Claude Grenier, a profité de la Saint-Valentin pour remettre des aides financières totalisant 4000 $ à des organismes ou des bénévoles de son secteur.

Claude Grenier tient parole

Shawinigan — Un nouveau rituel s’établira dans le district des Montagnes au cours des prochaines années. À chaque Saint-Valentin, le conseiller Claude Grenier remettra des aides financières à des organismes ou à des bénévoles de son secteur. Lors de la dernière campagne, il avait promis de réserver 10 % de son salaire net d’élu à cette fin et il tient parole.

La première cérémonie pour souligner ces remises était organisée en fin de matinée jeudi, au centre communautaire multi-services du secteur Saint-Gérard-des-Laurentides. Neuf organismes ou projets ont ainsi obtenu entre 350 $ et 500 $. M. Grenier a ainsi remis 4000 $ dans son milieu, un geste visiblement très apprécié par la quarantaine de personnes qui s’étaient déplacées à cette occasion.

«Ça me tient à cœur», confie le conseiller. «Il faut savoir redonner. Ça ne me rend pas plus pauvre, au contraire. Ça me rend plus riche d’avoir fait ça.»

Pour l’aider dans sa sélection, M. Grenier avait formé un comité. Il était appuyé par Diane Garceau, France Gagné et Lynda Normandin.

«Nous allons répéter ça à chaque année, à la Saint-Valentin», sourit-il. «Je trouve que c’est un beau moment pour le faire.»

Le conseiller municipal a profité de l’occasion pour annoncer la formation d’un nouveau comité de loisirs dans le secteur Saint-Gérard-des-Laurentides. L’un de ses premier mandats consistera à aménager des allées de pétanque près du centre communautaire.

Apprentissage

M. Grenier fait partie des deux nouveaux élus qui sont arrivés autour de la table du conseil municipal à l’automne 2017. Il reconnaît que cette fonction l’a complètement sorti de sa zone de confort.

«Comme dans n’importe quoi, je vis des choses extraordinaires et d’autres, plus difficiles», confie-t-il. «Ça fait partie du métier et je l’accepte. Ce sont de grandes responsabilités. Quand on est un nouvel élu, il y a tellement de choses à apprendre. Dans certains dossiers, c’est extrêmement complexe, mais je m’investis.»

«Je travaille en ressources humaines et en relations de travail depuis 40 ans», poursuit-il. «Je suis comme un poisson dans l’eau là-dedans. Mais quand tu tombes dans un milieu que tu maîtrises moins, il y a beaucoup d’apprentissage à faire. C’est stimulant! Il y a de très grands défis devant nous et je veux être sur la ligne de front pour les relever.»