Les 347 261 électeurs des quatre circonscriptions couvertes par Le Nouvelliste sont appelés aux urnes, aujourd’hui.

Citoyens, aux urnes!

Trois-Rivières — Après 40 jours de campagne électorale, les électeurs de la région, tout comme ceux de l’ensemble du Canada, sont appelés à se rendre aux urnes aujourd’hui afin d’élire le prochain gouvernement du Canada. Et à ce moment-ci, bien malin celui qui pourrait prédire l’issue du scrutin tant sur le plan fédéral que dans plusieurs circonscriptions de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Dans les quatre circonscriptions couvertes par Le Nouvelliste, ce sont pas moins de 347 261 électeurs qui sont appelés aux urnes. De La Tuque à Sainte-Eulalie en passant par Maskinongé, Trois-Rivières, Shawinigan et Sainte-Anne-de-la-Pérade, parions que chaque vote sera important dans des luttes qui s’annoncent parfois très serrées.

Les quatre journées de vote par anticipation ont d’ailleurs connu un engouement important, avec des taux frôlant les 20 % un peu partout. Dans Saint-Maurice—Champlain, 17 524 personnes ont voté par anticipation, soit un pourcentage de 19,13 % des électeurs. Dans Trois-Rivières, ce sont 21 067 personnes qui ont voté par anticipation, soit un taux de participation de 22,82 % des électeurs. Dans ce comté précis, il s’agissait d’une hausse de 45 % par rapport au taux de participation du vote par anticipation de 2015, selon le directeur des élections à Trois-Rivières. Est-ce un signe que le taux de participation global s’annonce plus élevé, que l’engouement pour cette élection est plus fort? Seuls les résultats de lundi soir pourront en témoigner.

Dans Berthier-Maskinongé, 16 939 personnes ont voté par anticipation, soit 20,11 % des électeurs. Ce nombre est de 14 969 dans Bécancour-Nicolet-Saurel, ce qui représente 18,92 % du total d’électeurs dans cette circonscription.

La journée de lundi offrira ainsi aux 28 candidats et candidates qui se présentent dans les comtés de Berthier-Maskinongé, Trois-Rivières, Saint-Maurice—Champlain ainsi que Bécancour-Nicolet-Saurel, une dernière chance de serrer quelques mains et d’aller à la rencontre des électeurs pour une ultime tentative de gagner des votes. Dans une optique où le nombre d’indécis paraissait encore relativement élevé dans les derniers sondages, chaque petit geste comptera, jusqu’à la dernière minute.

Berthier-Maskinongé

Avec neuf candidats en tout, le comté de Berthier-Maskinongé est celui qui compte le plus de candidats dans la région pour cette élection.

Le comté avait été balayé par la vague orange en 2011, à la surprise de l’ensemble du pays, avec une candidate qui n’avait pas fait campagne. Mais bien de l’eau a coulé sous les ponts depuis, et la néodémocrate Ruth-Ellen Brosseau semblait, il y a quelques semaines, encore bien en selle pour remporter un troisième mandat. Le sondage Mainstreet pour le compte du Nouvelliste lui donnait d’ailleurs une confortable avance sur ses adversaires... mais c’était avant l’importante remontée dans les sondages du Bloc québécois au niveau de la province. Les projections nationales mettent ces jours-ci pratiquement au coude à coude Mme Brosseau et le bloquiste Yves Perron.

Une donnée qui devra également tenir compte des campagnes terrain menées par la libérale Christine Poirier et la conservatrice Josée Bélanger. Éric Laferrière pour le Parti vert et Luc Massé pour le Parti populaire du Canada sont aussi actifs un peu partout dans le comté. À noter que trois autres candidats complètent le tableau, soit Martin «Acetaria Caesar» Jubinville pour le Parti rhinocéros, Dany Légaré pour le Parti marijuana et Alain Bélanger à titre d’indépendant.

Trois-Rivières

Bien malin celui qui, aujourd’hui, peut prédire le résultat de l’élection dans Trois-Rivières. Ce comté, où les chefs des principaux partis se sont succédé tout au long de la campagne, est visiblement dans la mire de tous alors que s’achève une campagne de candidats pour laquelle les prédictions sont serrées.

Si le sondage Mainstreet du Nouvelliste plaçait le conservateur Yves Lévesque avec une légère avance sur la libérale Valérie Renaud-Martin, les projections nationales des derniers jours donnent, pour leur part, une légère avance à la bloquiste Louise Charbonneau, qui bénéficie actuellement de la remontée dans les sondages du Bloc québécois. Une évaluation qui doit également tenir compte de la présence du député sortant Robert Aubin qui, malgré des prédictions nationales moins encourageantes, bénéficie d’un important capital de sympathie après deux mandats consécutifs, en plus d’avoir mené une campagne terrain efficace.

La candidate du Parti vert, Marie Duplessis, a aussi su tirer son épingle du jeu, en menant une campagne terrain et en participant avec conviction à tous les débats auxquels elle a été conviée. Marc-André Gingras pour le Parti populaire du Canada et Ronald St-Onge-Lynch comme indépendant complètent aussi le tableau, avec chacun des présences médias et terrains ayant également été remarquées.

Saint-Maurice—Champlain

On pourrait croire que le ministre libéral et député sortant François-Philippe Champagne jouit d’une confortable avance dans le comté de Saint-Maurice—Champlain. La visibilité du candidat sur le plan national mais également sa grande présence dans le comté durant la campagne ont pu jouer en sa faveur. La remontée du Bloc québécois dans les sondages fait toutefois ombrage à cette prédiction, étant donné que les prédictions nationales démontrent que la bloquiste Nicole Morin pourrait mener une chaude lutte à M. Champagne. La campagne terrain très intense menée par le conservateur Bruno-Pierre Courchesne jouera aussi dans la balance, tout comme la visibilité dont a pu bénéficier le néodémocrate Barthélémy Boisguérin. La candidate du Parti vert, Stéphanie Dufresne, a elle aussi mené une solide campagne terrain, faisant parler d’elle à travers la province. Le portrait de ce comté se complète avec la candidate du Parti populaire du Canada, Nancy Brunelle.

Bécancour-Nicolet-Saurel

Le doyen de la Chambre des communes, Louis Plamondon, sollicite un onzième mandat afin de représenter les électeurs de cette circonscription. Invaincu depuis 1984 dans ce comté, difficile de ne pas prédire qu’il est pour le moment bien en selle. C’est d’ailleurs la lecture qu’en font tant les prédictions nationales que les différents observateurs de la scène politique nationale. La libérale Nathalie Rochefort ne ménage toutefois pas ses efforts pour convaincre les électeurs sur le terrain, tout comme le conservateur Pierre-André Émond et la néodémocrate Carole Lennard.

Le comté est aussi sollicité par David Turcotte du Parti vert et Richard Synnott du Parti populaire du Canada.

+

NOMBRE D'ÉLECTEURS PAR COMTÉ 

Bécancour-Nicolet-Saurel: 79 135

Berthier-Maskinongé: 84 214

Saint-Maurice—Champlain: 91 584

Trois-Rivières: 92 328

+

QUI? OÙ? QUAND? COMMENT?

Est-il trop tard pour m’inscrire?

Non. Les électeurs qui ne sont pas encore inscrits peuvent le faire jusqu’à 21h30 lundi en se présentant directement à leur bureau de vote, munis des pièces d’identité requises. Les informations sont disponibles au www.elections.ca

Comment dois-je m’identifier?

Chaque électeur doit s’identifier au bureau de vote, soit avec la présentation d’une pièce d’identité avec photo (ex: permis de conduire), ou encore avec deux pièces d’identité sans photo. Les deux pièces doivent porter votre nom et au moins l’une d’elles, votre adresse actuelle.

Où dois-je voter?

Il suffit d’inscrire son adresse à la page d’accueil du site Internet d’Élections Canada en se rendant au www.elections.ca. L’information est également inscrite sur le bulletin de l’électeur que chacun a reçu par la poste au cours des dernières semaines. Finalement, on peut obtenir plus d’informations en téléphonant au 1-800-463-6868.

Puis-je obtenir un congé pour voter?

Selon la loi, toute personne ayant qualité d’électeur doit disposer de trois heures consécutives pour aller voter le jour de l’élection. Si vous ne disposez pas de trois heures consécutives en raison de vos heures de travail, votre employeur doit vous accorder le temps nécessaire pour aller voter. Votre employeur a le droit de décider du moment où vous pouvez vous absenter. Un employeur qui n’accorderait pas ce droit à son employé pourrait se voir imposer une amende de 2000$.

Quand puis-je voter?

Les bureaux de vote dans la région sont ouverts de 9h30 à 21h30. Ces heures d’ouverture diffèrent d’un fuseau horaire à l’autre au pays, afin que les résultats puissent être connus en même temps.