Les artistes du Cirque du Soleil ont remercié une dernière fois la foule samedi.

Cirque du Soleil: «la magie a opéré»

TROIS-RIVIÈRES — «Cette 4e édition du Cirque du Soleil se classe dans la catégorie des années exceptionnelles», s’est exclamé Steve Dubé, le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières.

Fatigués, empreints de fierté et avec un brin de nostalgie, les 29 artistes ont remercié la foule samedi tandis que les lumières se sont éteintes sur la toute dernière représentation de la saison pour le spectacle Juste une p’tite nuite offert à l’amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières.

«C’est toujours un moment très émotif. Ils ont travaillé fort et l’accueil du public a été exceptionnel. Après neuf semaines et vingt représentations, nous pouvons dire que, encore une fois, la magie a opéré», affirme M. Dubé.

La Corporation des événements de Trois-Rivières est bien heureuse de constater que le spectacle de cette année a su attirer les foules, mais encore davantage, a permis à de nouveaux visiteurs de découvrir l’amphithéâtre. «Il y a beaucoup de gens qui n’étaient jamais venus. Ce spectacle nous a permis d’élargir notre clientèle. Dans une perspective de développement, c’est super», souligne M. Dubé.

Une attraction majeure
Après, Le Monde est fou (Beau dommage, 2015), Tout écartillé (Robert Charlebois, 2016) et Stone (Luc Plamondon, 2017), Juste une p’tite nuite, le quatrième opus de la série hommage du Cirque du Soleil a su se tailler une place au sein du public.

À Trois-Rivières, la présence du Cirque du Soleil pour une quatrième année consécutive confirme que ce produit est devenu une attraction majeure pour la ville et la région. «Ce que l’on voit pour le moment est très positif. Depuis le début il y a quatre ans, le Cirque du Soleil affiche des taux d’occupation qui oscillent dans les 95 % et ça ne devrait pas être bien différent cette année. Les trois derniers soirs affichaient complet», constate Daniel Rioux, coordonnateur chez Tourisme Trois-Rivières, qui indique que cet engouement se fait ressentir tant chez les hôteliers que les restaurateurs.

«Cette année, nous avions une offre encore plus grande en termes d’hébergement avec l’ouverture du Holiday Inn Express et de l’hébergement au Kinipi Spa. Ce sont 135 chambres de plus qui étaient disponibles en ville. Et à plusieurs reprises, on a noté que tout affichait complet certains soirs. Même les offres de AirBNB, et il y en a de plus en plus à Trois-Rivières, étaient complètes», mentionne M. Rioux, qui signale que les indicateurs des différents musées, attractions et restaurants sont tout aussi positifs pour la saison actuelle. «Malgré qu’on ait connu une année record l’an dernier, on espère toujours atteindre une coche de plus cette année», dit-il.

La saison n’est pas terminée
À peine quelques minutes après que les derniers spectateurs eurent quitté le site samedi, les techniciens sont entrés en scène et ils ont commencé le démontage des décors. «Nous avons commencé le démontage rapidement, car il ne reste que trois jours avant l’ouverture de Trois-Rivières en blues. Ensuite, nous avons Notre-Dame de Paris qui débarque dans neuf jours et finalement, les Ballets Jazz de Montréal présenteront Dance Me le 7 septembre», explique M. Dubé.