Le directeur général de la station Vallée du parc, Alain Beauparlant, travaille toujours sur l’écran qui sera utilisé pour son ciné-parc temporaire.
Le directeur général de la station Vallée du parc, Alain Beauparlant, travaille toujours sur l’écran qui sera utilisé pour son ciné-parc temporaire.

Ciné-parc: Shawinigan adopte la mesure non réglementaire pour Vallée du parc

Shawinigan — Le conseil municipal de Shawinigan a finalement agi plus rapidement que prévu pour l’adoption d’une mesure non réglementaire pour permettre l’organisation d’un ciné-parc à la station Vallée du parc. Dès lundi en séance extraordinaire, les élus ont voté en faveur de la résolution pour donner le feu vert au projet cet été.

Rappelons que le zonage ne permet pas la présentation d’activités cinématographiques sur la propriété de cette station de ski. La mesure non réglementaire permet aux élus de contourner le processus de modification de zonage pour permettre l’organisation de ce projet pilote.

La résolution précise que le ciné-parc pourra être ouvert du 15 juin au 31 août 2020. Si l’expérience s’avère concluante et que la direction souhaite en faire une activité permanente, elle devra alors se lancer dans l’habituel processus de modification de zonage, qui comprend notamment une consultation publique.

La résolution adoptée lundi précise également qu’une partie des recettes de ce ciné-parc sera remise à un organisme de charité, ce qui a visiblement pesé dans la balance.

«On n’a pas encore choisi», mentionne le directeur général de la station Vallée du parc, Alain Beauparlant. «On devrait aller vers un organisme d’aide aux familles ou aux enfants.»

Le responsable s’attend à annoncer officiellement les derniers détails de son initiative d’ici une semaine. Il travaille présentement à la sélection des films qui alimenteront la programmation. À la suite d’un test effectué la semaine dernière, l’écran a encore été agrandi.

Une première projection sera faite pour les partenaires financiers, Culture Shawinigan et les médias, avant d’ouvrir cette attraction à la population. M. Beauparlant vise toujours une première représentation publique d’ici deux semaines.

Rappelons que l’homme d’affaires a devancé ce projet de ciné-parc afin d’offrir un divertissement original à la population régionale en cette période de pandémie.

M. Beauparlant planche également sur un projet de yoga en montagne, mais pour le moment, il n’a pas obtenu l’approbation de la direction de la santé publique. En fait, il pourrait le faire s’il n’accueillait que dix participants. Il soumettra l’idée d’aménager au moins trois sites en montagne afin de permettre l’organisation de cette activité à prix abordable.