Le Centre Laflèche est le CHSLD où il y a eu le plus de décès liés à la COVID-19 au Québec.
Le Centre Laflèche est le CHSLD où il y a eu le plus de décès liés à la COVID-19 au Québec.

CHSLD Laflèche: le pire au Québec

Marie-Eve Lafontaine
Marie-Eve Lafontaine
Le Nouvelliste
Avec 20 morts parmi ses résidents, le Centre Laflèche à Shawinigan est le CHSLD où il y a le plus de décès au Québec.

«On a six CHSLD où on a la majorité des décès. C’est là qu’il y a une situation critique», a déclaré François Legault, jeudi, lors de sa conférence de presse quotidienne. 

Les cinq autres CHSLD sont tous situés à Montréal ou Laval et comptent entre 5 et 16 décès. Vingt morts, c’est six de plus en 24 heures au Centre Laflèche. De plus, le nombre de résidents atteints a bondi de 58 à 91. 

Toutefois, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) a précisé que ces 33 tests positifs ne datent pas tous des dernières 24 heures, mais qu’il s’agit en fait de personnes asymptomatiques dont les résultats n’avaient pas encore été inclus aux données officielles. Rappelons que récemment l’ensemble des usagers et du personnel ont été testés.

Sur les 91 cas, 20 sont donc décédés, ce qui signifie que 60 % des 118 résidents actuels du CHSLD sont atteints de la COVID-19. Le personnel aussi est durement touché avec 52 cas, quatre de plus que la veille. Une préposée aux bénéficiaires est d’ailleurs toujours aux soins intensifs.

Nombre de cas de COVID-19 au CHSLD Laflèche

  • Nombre de résidents atteints: 91* 
  • Nombre d'employés atteints: 52
  • Nombre de cas chez les employés depuis les dernières 24 heures: 4
  • Nombre de décès: 20

 * L’importante augmentation s’explique par une inclusion des personnes asymptomatiques dont les résultats se sont avérés positifs au cours des derniers jours, mais qui n’avaient pas été incluses au portrait du CHSLD Laflèche. Il ne s’agit donc pas d’une augmentation de 33 cas depuis mercredi.

Le premier cas – un membre du personnel – date du 19 mars. Le CIUSSS soutient qu’il n’a pas tardé à mettre en place des mesures pour stopper la contagion. Il en a annoncé de nouvelles, jeudi. «Aujourd’hui, ce que je vous annonce c’est qu’on monte d’un cran», a déclaré Carol Fillion, président et directeur général du CIUSSS MCQ.

Plus d’employés seront en poste par rapport au nombre de résidents. De plus, du renfort est prévu à partir de dimanche pour éviter que les membres du personnel doivent faire des heures supplémentaires. D’ici là, le CIUSSS compte s’assurer que toutes les équipes soient complètes. «À compter de dimanche, on aura mis en place des moyens pour diminuer le temps supplémentaire et diminuer la pression qu’il y a sur notre personnel», a assuré le pdg.

Ainsi, du personnel qui travaille présentement en centre hospitalier ou dans d’autres CHSLD viendra renforcer les équipes du Centre Laflèche.

Carol Fillion, président et directeur général du CIUSSS MCQ.

Horaire sur sept jours, plus d’effectifs pour la prévention et le contrôle des infections, un membre des ressources humaines attitré au personnel du CHSLD Laflèche et un soutien psychosocial bonifié font partie des autres mesures annoncées.

De plus, le CIUSSS a conclu une entente avec l’Hôtel Marineau à Grand-Mère pour héberger les employés du CHSLD Laflèche qui le désirent. «On déploie toutes nos énergies et on met à profit toutes les connaissances dont on dispose pour vraiment soutenir notre personnel et continuer de bien accompagner les résidents du CHSLD Laflèche», a affirmé M. Fillion.

Le maire de Shawinigan, Michel Angers, n’a guère été impressionné par la conférence de presse du CIUSSS. Il affirme qu’il a demandé au CIUSSS de déployer «l’artillerie lourde». Il s’attendait donc à ce que le personnel obtienne du renfort dès maintenant plutôt que dimanche.

«Je veux souligner l’effort que le CIUSSS Mauricie-Centre-du-Québec fait pour déployer les ressources, mais mon problème, c’est que ce n’est pas dimanche que j’en ai besoin, c’est hier.»

À chaque jour qui passe, la situation s’aggrave, déplore-t-il. «Entre aujourd’hui et dimanche, j’ai peur qu’on ait encore des décès et j’ai peur également que les gens qui sont en détresse puissent s’épuiser. Ce n’est plus une question de jours, c’est une question d’heures.»

Michel Angers, maire de Shawinigan

« Il y a eu une brèche quelque part. »
Michel Angers, maire de Shawinigan

Comme plusieurs, M. Angers se demande ce qui a pu se produire pour que la situation se détériore autant en trois semaines au Centre Laflèche. «Comment se fait-il que c’est le seul CHSLD de la Mauricie qui se retrouve dans cette situation? Comment ça se fait que c’est l’un des pires? Comment ça se fait qu’on n’a pas été en mesure de pouvoir réagir rapidement?»

Il demande d’ailleurs au gouvernement d’ordonner la tenue d’une enquête épidémiologique comme c’est le cas au CHSLD de Sainte-Dorothée à Laval. «Il y a eu une brèche quelque part et ce serait intéressant qu’on puisse, comme ailleurs, le savoir. On n’est pas à Montréal, on est à Shawinigan, en Mauricie, mais si c’est bon pour Montréal, ça devrait être bon pour nous aussi.»

En début de soirée, une porte-parole du ministère de la Santé et des Services sociaux a précisé par courriel que tous les CHSLD où il y a une éclosion font l'objet d'une enquête épidémiologique approfondie comme celle au CHSLD de Sainte-Dorothée.

Par ailleurs, M. Angers dit recevoir beaucoup d’appels de membres du personnel ou de familles en pleurs. De la détresse dont peut témoigner Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS MCQ (SPPSAM-CSN).

«J’ai toujours de la difficulté à trouver les mots, mais mettez-vous à la place de personnes qui doivent entrer travailler avec la peur au ventre d’attraper la COVID-19. Contre vents et marées, quand on dit à tout le monde d’aller se cacher, eux doivent y aller. Ils côtoient des personnes en fin de vie, qui vont mourir en sachant pertinemment que les membres de leur famille ne pourront pas leur faire leurs adieux en personne.»

Manque de matériel de protection médical, mobilité des employés entre les établissements, plusieurs éléments pourraient être analysés pour tenter d’expliquer la situation actuelle. 

Pascal Bastarache, président du SPPSAM-CSN.

« De plus en plus de personnes asymptomatiques sont testées positives. »
Pascal Bastarache, président du SPPSAM-CSN.

M. Bastarache se questionne surtout sur une directive de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) qui permet à des travailleurs asymptomatiques qui ont été en contact avec des cas de COVID-19 de sortir de leur période d’isolement après sept jours plutôt que quatorze pour éviter les bris de service. Dès la fin mars, cette mesure a été appliquée au CHSLD Laflèche. «C’est quand même un gros risque à prendre et qui va à l’encontre des directives de l’OMS [Organisation mondiale de la santé]. De plus en plus de personnes asymptomatiques sont testées positives. Je ne comprends pas que ça n’a pas été pris en considération, surtout dans des endroits comme les CHSLD où nos personnes les plus vulnérables se trouvent.»

Quant aux annonces du CIUSSS, M. Bastarache note qu’il y a eu «vraiment beaucoup de gestes plus concrets de la part de l’organisation» dans les derniers jours. Il aurait toutefois apprécié que l’aide prévue dimanche soit disponible maintenant. «Au moins, les équipes semblent être à 100 %. Juste ça, c’est plate à dire, mais ça rassure un peu nos membres. On nous a mentionné dimanche, mais c’est sûr que le plus tôt sera le mieux. L’aide va être la bienvenue.»

BILAN DU 9 AVRIL

Le nombre de personnes contaminées par la COVID-19 s’élève maintenant à 648 en Mauricie-Centre-du-Québec, c’est une hausse de 34 cas. On en dénombre 555 en Mauricie et 90 au Centre-du-Québec. Sans surprise, c’est le Centre-de-la-Mauricie qui en compte le plus avec 223 cas suivi par Trois-Rivières qui en a 213.

À Lire aussi: D’un cas à… zéro en Haute-Mauricie

Nombre de cas au 9 avril en Mauricie et au Centre-du-Québec: 648* [+ 34 par rapport au 8 avril]

- Mauricie: 555 

  • Trois-Rivières: 213 [+ 5]
  • Centre-de-la-Mauricie: 223 [+ 11]
  • Maskinongé: 99 [+ 11]
  • Vallée-de-la-Batiscan: 19 [ +1 ]
  • Haut-Saint-Maurice: 0 [ - 1 ]**

- Centre-du-Québec: 90

  • Bécancour-Nicolet-Yamaska: 9 [ +1 ]
  • Drummond: 67 [+ 5]
  • Arthabaska-et-de-l'Érable: 14 [ +1 ]

 Décès : 29 [+ 7]

* Trois cas restent à être associés à un territoire

** Un cas indéterminé avait été inscrit comme étant positif, mais s’est finalement avéré négatif. Le total pour la région sera révisé dans les prochains jours.

 Source : CIUSSS MCQ

Vingt-neuf personnes sont mortes de complications liées à la COVID-19 jusqu’à maintenant, soit sept de plus que mercredi. C’est donc dire qu’à part les six décès au CHSLD Laflèche, il y en a eu seulement un autre dans l’ensemble de la région.

Vingt-trois personnes sont hospitalisées et onze se trouvent aux soins intensifs pour un total de 34 patients. Cent vingt travailleurs de la santé ont été infectés, c’est 25 de plus en 24 heures.

Chez Olymel, les cas positifs s’élèvent maintenant à 104, soit six de plus que mercredi. Cent vingt-neuf personnes sont rétablies.

À lire: Une intervention musclée s'impose. Un éditorial de Martin Francoeur.