Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pauline Diamond s’inquiète du traitement réservé à son mari au CHSLD Cloutier-du Rivage.
Pauline Diamond s’inquiète du traitement réservé à son mari au CHSLD Cloutier-du Rivage.

CHSLD Cloutier-du Rivage: «Il ne mérite pas de finir sa vie de cette façon»

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Une citoyenne de Trois-Rivières dénonce le fait que son conjoint doive attendre une heure à la table à manger de son CHSLD pour obtenir son repas. Pauline Diamond s’inquiète du traitement réservé à son mari qui, selon elle, «ne mérite pas de finir sa vie de cette façon».

La dame en question rapporte que son époux, Jacques Diamond, 100 ans, doit être attablé à 10h45 au CHSLD Cloutier-du Rivage, mais ne reçoit son repas qu’à 11h45.

«Je vais le voir régulièrement. Quand il reçoit sa nourriture, c’est très froid. De le voir manger froid... Mon mari ne mérite pas ça, d’être laissé comme ça», sanglote-t-elle.

Dès le moment où son mari a eu un malaise à la maison le 5 novembre dernier, Pauline Diamond a souhaité qu’il ne se retrouve pas en CHSLD.

«Le 6 novembre, il a été admis au département de gériatrie-confort. Je ne voulais pas qu’il aille là, au pavillon Luc-Désilets. C’est différent dans ce pavillon-là, la grosse majorité des gens qui s’y trouvent n’ont pas leur tête. Ce n’est pas pareil. Les chambres, aussi, sont moins confortables, moins grandes, plus vétustes que dans les autres sections», confie-t-elle.

«Ils m’ont dit: ‘‘il va mourir’’, c’est comme s’ils ne voulaient pas s’en occuper. On est à la merci de ces gens-là. Ils ne nous écoutent pas», déplore Mme Diamond.

Cette dernière soutient avoir porté plainte et demandé une enquête sur la situation.

Au CIUSSS Mauricie – Centre-du-Québec, on mentionne ne pas pouvoir commenter le dossier outre mesure, puisque «chaque dossier reçu est traité de façon confidentielle».

Toutefois, l’organisation confirme avoir été informée du mécontentement éprouvé par Pauline Diamond.

«La dame a fait part de son insatisfaction à la gestionnaire de l’unité du CHSLD Cloutier-du Rivage. Nous allons rencontrer le résident et la dame pour discuter de la situation et voir si des arrangements sont nécessaires. Notre souci est d’assurer la qualité et la sécurité des soins et services dans chaque milieu de vie en respect des besoins et souhaits de chaque résident, assure Julie Michaud, agente d’information au CIUSSS.

Mme Michaud confirme que certains résidents peuvent se retrouver à attendre un moment avant le début du repas.

«De façon générale, le dîner se déroule entre 11 h 45 et 12 h 30. Pour faciliter l’organisation et le déroulement du repas, les 35 résidents de l’unité sont dirigés doucement à tour de rôle vers la salle commune, située près de la salle à manger, à partir de 10h50, en attendant l’heure du repas. Nos équipes font en sorte que tous les résidents soient présents à la salle à manger vers 11h30 où le repas débute par un jus de légumes ou de tomates», a-t-elle expliqué.