Christian Blanchette officiellement nommé: un nouveau recteur attendu à l’UQTR

Sébastien Lacroix
Sébastien Lacroix
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Christian Blanchette a été nommé recteur de l’Université du Québec à Trois-Rivières, par le conseil des ministres, mercredi soir. Il entrera en fonction à compter du 1er décembre prochain pour succéder à Daniel McMahon.

Sa nomination était très attendue, alors qu’un sondage révélait que 71% des professeurs de l’UQTR étaient favorables à sa nomination, en septembre dernier. Un exercice qui avait été mené quelques semaines après qu’il eut exposé sa vision avec la communauté universitaire de Trois-Rivières.

Christian Blanchette était le doyen de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal depuis 2011.

Joint par Le Nouvelliste, en soirée, le président du syndicat des professeurs, Gilles Bronchti, semblait très enthousiaste à la nomination de celui qui exerçait les fonctions de doyen de la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal depuis 2011. «Les échos que nous avons, c’est que les gens de là-bas vont le regretter. Alors que nous allons y gagner.»

Gilles Bronchti, président du syndicat des professeurs

Il ajoute que Christian Blanchette avait fait très bonne impression lors de sa rencontre avec la communauté universitaire. «Il semble très ouvert à la discussion, a-t-il commenté. Les professeurs ont également été rassurés par son intérêt pour la vie académique et la mission de recherche et d’enseignement, alors que son prédécesseur avait une vision purement comptable.»


« Il semble très ouvert à la discussion. Les professeurs ont également été rassurés par son intérêt pour la vie académique et la mission de recherche et d’enseignement, alors que son prédécesseur avait une vision purement comptable »
Gilles Bronchti, président du syndicat des professeurs

Le président du syndicat des professeurs estime tout de même que la mission du prochain recteur sera énorme. «Il faudra d’abord qu’il prenne en main son équipe et qu’il exerce son leadership pour les convaincre de le suivre et d’orienter l’université vers sa mission académique, soutient-il. Il faudra aussi qu’il rencontre tout le monde pour retisser les liens. Parce que même dans les autres cadres d’emplois, il y a beaucoup de réticences.»

Celui qui entrera en poste dans quelques jours avait d’ailleurs insisté sur le lien de confiance entre l’administration et les professeurs qui est, disait-il, «le plus grand levier du développement de l’Université. Un lien qui avait été fortement ébranlé par le lock-out qui avait éclaté en mai 2018. Il avait aussi soulevé l’importance du dialogue et de la collégialité.

Christian Blanchette avait également fait part de son intention de faire passer l’expérience étudiante «d’excellente à exceptionnelle». Ce qui est plus facilement réalisable, selon lui, dans des universités de plus petite taille comme l’UQTR.