Charles de Gaulle, 50 ans plus tard

On dit souvent que les paroles s'envolent et que les écrits restent, mais on peut dire tout le contraire du célèbre discours qu'avait livré le général Charles de Gaulle à Montréal, il y a 50 ans. Puisque plusieurs villes de la Mauricie avaient été choyées par sa visite en 1967, ce ne sont pas les événements qui ont manqué dans la région, lundi pour commémorer le 50e anniversaire du «Vive le Québec libre».
Plus de 50 ans plus tard, une délégation composée de Martine Desjardins, présidente du Mouvement national des Québécois (MNQ), Christophe Tardieu, auteur du livre La dette de Louis XV, Martine Ouellet, chef du Bloc québécois et Stéphane Bergeron, député de Verchères et vice-président de la Commission des institutions, ont parcouru le trajet qu'avait emprunté le général sur le Chemin du Roy.
Passant par Sainte-Anne-de-la-Pérade, Trois-Rivières, Louiseville et Berthier, les événements commémoratifs et les reconstitutions se sont succédé pour souligner l'importance du passage du général de Gaulle dans leur municipalité respective. 
Plusieurs spectateurs, qui étaient présents il y a 50 ans, ont pu se replonger dans leurs souvenirs grâce à l'interprétation, dans chacune des villes, du discours que leur avait livré de Gaulle lors de son passage.
«C'était un honneur pour moi à l'époque de représenter la chambre de commerce et d'être aux côtés du général. Pour moi, la commémoration d'aujourd'hui renouvelle ce souvenir, même si je n'aurais jamais pensé que, 50 ans plus tard, je pourrais revivre cet événement», avoue Gaston Roy, ancien président de la chambre de commerce de Sainte-Anne-de-la-Pérade.
Lui-même présent il y a 50 ans, le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, était fier de commémorer la venue du général de Gaulle dans sa ville, en plus d'en garder un souvenir inoubliable. «J'avais 11 ans à l'époque, alors même si je ne me souviens pas de tout, j'ai été impressionné par le discours et l'intonation du général de Gaulle. Je suis très content d'avoir vécu ça et de garder ce souvenir de cet immense personnage dans ma mémoire.»
Même son de cloche pour une citoyenne de Sainte-Anne-de-la-Pérade qui garde encore ce souvenir en mémoire. «Ça me rappelle beaucoup de souvenirs. Voir arriver cet homme imposant de la France, c'est un événement qui reste encore gravé dans ma mémoire depuis plusieurs années», souligne Lorraine Perreault. 
Des expositions temporaires ont d'ailleurs été mises sur pied dans les trois villes de la Mauricie pour permettre à tout un chacun de venir se replonger dans cet événement historique bien spécial. «On est heureux de voir que les gens n'ont pas juste souligné simplement cet événement, mais par le biais de leurs expositions temporaires, ils assurent la survie du passage du général de Gaulle. Je trouve que de rappeler les discours et les enjeux de sa venue permet de mieux comprendre les débats actuels de notre société», souligne la présidente du Mouvement national des Québécois, Martine Desjardins.
De son côté, en plus de célébrer le 350e anniversaire, la ville de Sainte-Anne-de-la-Pérade a dévoilé deux plaques commémoratives en l'honneur du passage de Charles de Gaulle. 
L'auteur Christophe Tardieu a, pour sa part, pris l'initiative de mettre en mots cette visite qui a fait connaître le Québec au monde entier à travers son livre La dette de Louis XV. «L'objectif de mon livre est de raconter l'épopée incroyable du général, de Québec à Montréal, et de mettre en lumière ce qui unit les Français et les Québécois», mentionne-t-il. 
Son livre, d'ailleurs, est disponible en France et au Québec.