Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La collecte des ordures et du recyclage se fera aux deux semaines, en alternance, et coûtera plus cher aux résidents des MRC de Nicolet-Yamaska et de Bécancour, en 2021.
La collecte des ordures et du recyclage se fera aux deux semaines, en alternance, et coûtera plus cher aux résidents des MRC de Nicolet-Yamaska et de Bécancour, en 2021.

Changement radical de la collecte des matières résiduelles sur la rive sud

Matthieu Max-Gessler
Matthieu Max-Gessler
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Nicolet — Les résidents des MRC de Nicolet-Yamaska et de Bécancour doivent se préparer à un changement majeur en 2021 dans le calendrier de la collecte des ordures et du recyclage. Dès le premier janvier prochain, celle-ci se fera aux deux semaines sur toute l’année, en alternance.

Ce sont de graves problèmes financiers qui poussent la Régie intermunicipale de gestion intégrée des déchets Bécancour-Nicolet-Yamaska à exiger ce changement d’habitude de la part des citoyens. En effet, la Régie s’apprête à terminer l’année avec un déficit de 400 000 $.

«On a eu une augmentation très importante des coûts au niveau de la collecte, de l’ordre de 20 %. Mais il faut dire que ça fait quelques années qu’on traîne un déficit, alors que les quotes-parts des municipalités n’ont pas été revues comme elles auraient dû l’être», résume Caroline Aubin, présidente de la Régie et conseillère municipale à Nicolet.

Les citoyens qui demeurent dans l’une des 22 municipalités desservies par la Régie devront donc s’habituer à mettre leurs bacs de recyclage et de déchets au chemin une semaine sur deux, en alternance, été comme hiver. Jusqu’à présent, le recyclage était ramassé chaque semaine et les ordures l’étaient pendant la période estivale.

Mme Aubin assure que ce changement n’est pas improvisé. Il ne devait cependant pas survenir avant 2022, lorsque la Régie amorcera la collecte du compost, ce qui permettra de réduire la quantité de matières placées dans les bacs à ordure.

«C’est ce qui était prévu, mais il fallait prendre une décision maintenant, parce que le contrat pour la collecte venait à échéance», explique-t-elle.

Augmentation de la facture

Ce n’est toutefois pas la seule pilule à avaler pour les citoyens des deux MRC. En effet, la facture annuelle pour la collecte des matières résiduelles passera de 132 $ à 175 $ l’an prochain pour chaque adresse civique, soit une augmentation de plus de 30 %. Mais même avec cette augmentation et l’espacement des collectes, ce ne sera pas suffisant pour équilibrer le budget de la Régie, souligne Mme Aubin. Cette dernière indique que la Régie s’attend à avoir un déficit de 160 000 $ en 2021. Pour elle, la seule façon de parvenir à un équilibre est un changement drastique des habitudes de consommation.

«La gestion des matières résiduelles est un enjeu très important en ce moment et ça n’ira pas en diminuant. Il faut, comme Régie, comme municipalité, sensibiliser la population, les citoyens et les entreprises, à aller vers une réduction des matières mises à la poubelle et au recyclage. Il faut sensibiliser les gens aux impacts de la consommation et de la surconsommation», affirme-t-elle.

Mme Aubin mentionne que la Régie s’apprête d’ailleurs à mettre à jour ses orientations pour les prochaines années. Elle souligne par ailleurs que des outils existent déjà pour permettre aux citoyens d’alléger leurs bacs. Des composteurs sont ainsi en vente à la Régie et celle-ci peut guider les citoyens qui souhaitent faire leur propre compost. Elle cite également le partenariat établi entre la Ville de Nicolet et l’organisme trifluvien La Brouette, qui a permis d’initier des citoyens au mode de vie «zéro déchet» et de les soutenir dans cette transition, en 2019.

«Je pense qu’il va falloir qu’il y ait une remise en question collective sur la gestion des déchets. Il y a un coût économique, mais aussi un coût environnemental. Et ce coût environnemental, il est énorme», insiste-t-elle.

Quant aux citoyens qui craignent que la collecte des ordures aux deux semaines fasse en sorte que les bacs dégagent de mauvaises odeurs ou attire des animaux, Mme Aubin répond qu’il suffit de bien fermer les sacs-poubelle et les bacs.

«On peut aussi rincer régulièrement notre bac», ajoute-t-elle.