Guy Bourassa occupait la direction de Nemaska Lithium depuis les débuts de la société, en 2008.

Changement de garde chez Nemaska Lithium

SHAWINIGAN — Le conseil d’administration de Nemaska Lithium a posé un autre geste très significatif en annonçant, tôt jeudi matin, le départ de Guy Bourassa, président et chef de la direction de l’entreprise depuis ses débuts. Il ne sera pas remplacé pour le moment.

Cette bombe a été larguée par voie de communiqué par le nouveau président du conseil d’administration, Jacques Mallette, en poste depuis le 19 janvier. Nemaska Lithium tentera donc de relancer ses activités sans son fondateur.

Dans le communiqué, le président du conseil d’administration parle d’une décision prise «d’un commun accord», afin de favoriser une «approche nouvelle et un leadership renouvelé» à l’entreprise. Rappelons que le 23 décembre, Nemaska Lithium avait obtenu la protection de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies.

Le processus de vente et de sollicitation d’investissements suit son cours. Une lettre d’intéressement sera transmise à des parties potentiellement intéressées à compter du 28 février. Les lettres d’intention devront être reçues au plus tard le 17 avril. PricewaterhouseCoopers, contrôleur dans ce processus de restructuration, vise une transaction vers la mi-août.

Serein

Joint en milieu de matinée jeudi, M. Bourassa paraissait serein à la suite de cette décision.

«Si ça peut aider à formaliser un refinancement et un redémarrage, je trouve que c’est très positif pour les personnes autour de la table», commente-t-il.

«Je demeure un actionnaire très important, avec 6,2 millions d’actions. J’ai avantage à ce que le projet aille de l’avant. Si c’est ce que ça prend pour que le projet se finance plus rapidement, je suis derrière ça à 100 milles à l’heure.»

M. Bourassa occupait son siège depuis la fondation de Nemaska Lithium, en 2008. Dans la tourmente, il préfère laisser les sentiments de côté.

«Malgré les considérations purement personnelles, le côté un peu désagréable de mettre fin à une si belle histoire, je pense que pour le projet, c’est la meilleure situation pour tout le monde», insiste-t-il.

Alain Clavet, président du nouveau Regroupement des actionnaires de Nemaska Lithium, n’est pas tombé en bas de sa chaise en apprenant ce nouveau développement. Un dénouement prévisible en période de restructuration, fait-il remarquer.

«M. Bourassa était là depuis le début», rappelle-t-il. «Il fait partie de la première vague de Nemaska, qui a fait un développement avec, manifestement, une sous-capitalisation. Il y a eu des dépassements de coûts importants, à 375 millions de dollars, une émission d’obligations de 350 millions US $ à des conditions très sévères, qui a provoqué une pénalité potentielle de près de 100 millions US $ et qui s’est réglée à 30 millions US $.»

«Je comprends la décision», ajoute M. Clavet. «Dans le cadre d’une relance, Nemaska avait besoin d’un nouveau leadership.»

M. Mallette et l’équipe de direction, composée de Steve Nadeau (chef de la direction financière), Marc Dagenais (vice-président, affaires juridiques et secrétaire corporatif), Robert Beaulieu (vice-président, opérations) et Chantal Francoeur (vice-présidente, ressources humaines et développement organisationnel), s’occuperont de la continuité dans le cadre de cette restructuration.