Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.

Chalets au camping du lac Bellemare: un registre le 19 mai

Les résidents qui habitent autour du camping du lac Bellemare, à Saint-Mathieu-du-Parc, pourront contester un changement de zonage qui permettrait à cette entreprise de construire 13 chalets locatifs à compter de cette année.
En assemblée publique le 1er mai, le conseil municipal a annoncé qu'une tenue de registre serait organisée le 19 mai, entre 9 h et 19 h.
Cette démarche s'inscrit dans la suite du processus de demande d'approbation référendaire, en avril. 
Cette fois, si un nombre suffisant de citoyens se déplacent pour signifier leur opposition, les élus seront placés devant deux avenues.
Ils pourraient organiser un référendum pour les résidents de la zone qualifiée ou encore, mettre unilatéralement fin au processus de modification au zonage, ce qui signifierait l'abandon du projet de construction de chalets locatifs pour les promoteurs. Le nombre minimal de signatures requis dans le cadre de cette consultation sera dévoilé dans un avis public, vers le 10 mai.
Lors de la dernière séance publique régulière, le conseil municipal a scindé son règlement en deux. Étant donné que l'autorisation de constructions et d'équipements inhérents au développement durable et les dispositions permettant d'autoriser des usages de cabine touristique, de meublé rudimentaire et de chalet locatif n'ont pas été contestées dans les autres secteurs visés, ces derniers ont implicitement approuvé le changement. 
Par contre, dans la zone où le camping du lac Bellemare est situé, le nombre de 12 signatures requises lors de la demande d'approbation référendaire a été largement dépassé, de sorte que la proposition de modification de zonage doit prendre une voie différente pour les citoyens de ce périmètre.
Le maire, Claude McManus, indique que le choix de la date a été effectué pour favoriser le déplacement des saisonniers, puisque le 19 mai correspondra au vendredi précédant la fin de semaine de la Journée nationale des patriotes.
Émile Simard, un citoyen qui lutte contre ce projet de chalets au camping du lac Bellemare, est intervenu à la période de questions pour demander s'il n'aurait pas été possible de repousser un peu la tenue de registre, mais ses arguments n'ont pas convaincu le maire.
«Plus on allonge et plus on risque de dépasser les délais», fait remarquer M. McManus. «Si les gens sont convaincus, ils vont se déplacer. Pour certaines personnes, c'est sûr qu'il n'y aura jamais de bonne journée.»
Pendant ce temps, le propriétaire du camping, Jean-Luc Bellemare, se prépare pour la saison. Il précise qu'il a finalement obtenu un permis pour la construction entreprise l'an dernier. Il ne compte toutefois plus en faire un chalet, mais un pavillon d'accueil pour les visiteurs.
Pour le reste, il ne semble plus avoir l'intention de signer la moindre entente avec l'Association des propriétaires des lacs Bellemare et Bill. 
Il attend le résultat du registre et si les citoyens bloquent son projet de chalets locatifs, il développera autrement son entreprise, notamment en accueillant plus de roulottes.
«Je me sens très, très à l'aise avec ce qui se passe», commente-t-il. «Je laisse le destin aller. Je ne vais pas me casser la tête avec ça, puisque j'ai une alternative. Si je loue plus de terrains sur le bord de l'eau, ce sera plus payant que mes chalets!»