Frédéric Beaulieu est entouré de son père Roger Beaulieu, de la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, de sa conjointe Marilou Fréchette et de son garçon Eliott Beaulieu.

«C’était très émotif»: Frédéric Beaulieu honoré pour avoir sauvé la vie d’un homme

La Tuque — C’est avec beaucoup d’humilité que Frédéric Beaulieu a accepté une médaille pour avoir courageusement sorti un homme des eaux gelées de la rivière Saint-Maurice dans le cadre de la 33e cérémonie Hommage au civisme. Entouré sa famille, il a reçu la médaille des mains de la ministre de la Justice, procureure générale du Québec et ministre responsable de la Loi visant à favoriser le civisme, Sonia LeBel.

«C’était très émotif. D’entendre l’histoire que j’ai vécue de la bouche de quelqu’un d’autre, c’est spécial. Je l’ai raconté souvent, mais ce n’est pas pareil de l’entendre. Il y avait de l’émotion», a affirmé Frédéric Beaulieu après la cérémonie tenue à l’hôtel du Parlement de Québec.

Le 8 avril 2017, Frédéric Beaulieu faisait son jogging matinal. Une sortie banale qui s’est rapidement transformée en sauvetage. Alors qu’il courait sur la Promenade Saint-Maurice, qui longe la rivière Saint-Maurice à Shawinigan, Frédéric a entendu un cri de détresse.

«Je me suis approché. J’ai regardé dans la rivière. Mon premier réflexe était de penser qu’il y avait quelqu’un dans la rivière. La première chose que je vois, c’est un canot renversé puis j’ai entendu ‘‘au secours’’ une deuxième fois», raconte le journaliste à Énergie 102,3.

C’est à ce moment qu’il a regardé vers la droite et qu’il a vu un homme qui se cramponnait désespérément à une plaque de glace.

«Il avait réussi à nager une bonne distance entre le milieu de la rivière et la glace en question. J’ai arrêté une dame pour qu’elle puisse appeler les secours parce que quelqu’un était en danger», poursuit-il.

Frédéric ne perd pas de temps et il saute par-dessus la balustrade et court vers la plaque de glace où s’agrippe la victime.

«J’ai essayé de lever, mais quand je le monte la première fois la glace cède sous le poids. Je me suis souvenu par la suite que, lors d’une conférence de presse, les pompiers avaient fait savoir que c’était important de répartir son poids sur une plaque de glace en situation de sauvetage. Alors, je me suis allongé sur la plaque de glace et j’ai tiré d’un coup. J’ai réussi à le faire monter».

On n’a pas manqué de reconnaître, lors de la remise de la médaille, qu’il s’agissait de tout un exploit puisque l’homme est corpulent, et ses vêtements étaient complètement imbibés d’eau.

«Sans l’intervention audacieuse et courageuse de Frédéric, le canotier n’aurait pas réussi à se sortir de ce mauvais pas. Frédéric vient de sauver une vie», peut-on lire dans le résumé de l’événement du gouvernement du Québec.

Frédéric Beaulieu estime avoir fait ce que tout citoyen aurait dû faire. Il assure sans hésiter qu’il le referait demain matin. M. Beaulieu a revu l’homme qu’il a sauvé et le revoit assez régulièrement.

«La vie a fait en sorte que ce soit comme ça. C’est une drôle de coïncidence», souligne-t-il.

Frédéric Beaulieu a également avoué avoir été touché par les histoires, tout aussi émotives, des autres récipidiendaires.

«Leurs histoires étaient très touchantes, particulièrement en lien avec la mosquée de Québec.»

Ce sont les citoyens qui soumettent les candidatures pour ces médailles. Dans le cas de Frédéric Beaulieu, c’est l’ancien député Pierre Giguère qui l’avait fait.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, Jean Boulet, a tenu lui aussi à féliciter Frédéric Beaulieu.

«C’est un honneur pour moi de souligner le courage remarquable dont a fait preuve Frédéric Beaulieu en sauvant la vie d’une personne au risque de la sienne. Ce citoyen représente l’essence même du civisme: sans hésiter, il a fait preuve d’une force remarquable devant le danger qui se présentait devant lui. Je tiens à saluer aujourd’hui ce héros», a affirmé Jean Boulet.

Au total, le courage et l’héroïsme de huit Québécois, qui ont sauvé la vie d’une autre personne dans des situations périlleuses au courant de l’année 2017, ont été honorés. La ministre a décerné aux récipiendaires six médailles et deux mentions d’honneur.

«Aujourd’hui, le gouvernement du Québec rend hommage à huit héros qui, malgré le danger, ont risqué leur vie pour sauver celles d’autres personnes. Ces individus sont allés au-delà de leur devoir citoyen de bon Samaritain et ont fait preuve d’un altruisme hors du commun. Les actes de bravoure qu’ils ont posés témoignent d’une force intérieure et d’un courage admirables qui sont une inspiration pour tous les Québécois et les Québécoises», a conclu Sonia LeBel.